Fin des contrats aidés : les Deux-Sèvres décident de les maintenir

L'État ne veut plus financer les contrats aidés. Le département des Deux-Sèvres a donc décidé de se substituer à l'État.

Voir la vidéo
FRANCE 2
avatar
France 2France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Sur le front de l'emploi, la mobilisation de toutes les bonnes volontés est la clé. Pour les conseils départementaux, le dispositif des emplois aidés est un outil précieux. Grâce à ce dispositif, Julien Benay, 36 ans, vient de signer dans une entreprise de serrurerie. Il était au RSA depuis trois ans, après avoir été autoentrepreneur. Pour lui, ce contrat aidé est une aubaine.

35 000 euros de plus cette année

Pour ce type d'emploi aidé, l'État finançait 16% d'un SMIC, le conseil départemental 31%, l'entreprise 53%. Mais en juillet, l'État a annoncé qu'il ne participerait plus à ce type de contrat. Pourtant, le département des Deux-Sèvres a constaté que ces contrats aidés étaient efficaces : 70% débouchaient sur une réinsertion. Il a décidé de les maintenir, de se substituer à l'État. Un supplément qui va lui coûter 35 000 euros cette année.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le gouvernement a décidé de réduire drastiquement l\'enveloppe budgétaire consacrée aux emplois aidés.
Le gouvernement a décidé de réduire drastiquement l'enveloppe budgétaire consacrée aux emplois aidés. (LOIC VENANCE / AFP)