VIDEO. Le gouvernement ouvre la porte à la dégressivité des allocations chômage

L'indemnisation pourrait devenir dégressive avec le temps, a indiqué le gouvernement. Un sujet très sensible à gauche.

Voir la vidéo
FRANCE 2

Mis à jour le , publié le

Le gouvernement le reconnaît ce lundi 1er février : il est favorable à une baisse dégressive des allocations chômage. Deux ministres ont évoqué cette hypothèse à quelques heures d'intervalle. D'abord Myriam El Khomri, ministre du Travail : "Si les partenaires sociaux n'arrivent pas à se mettre d'accord sur la nouvelle convention de l'allocation chômage, le gouvernement prendra ses responsabilités et évoquera toutes les pistes", a-t-elle déclaré. Michel Sapin, ministre des Finances, en a ajouté une couche.

Un désaccord profond entre patronat et syndicats

Actuellement, lorsqu'un salarié perd son emploi, il est indemnisé de la même manière pendant deux ans s'il a moins de 50 ans, trois ans au-delà. Les allocations représentent de 57% à 75% du salaire brut et ne varient pas.

Selon le patronat, cette mesure inciterait les chômeurs à la recherche d'emploi et permettrait des économies. Mais pour les syndicats, cela entraînerait surtout plus de précarité. Nul doute que la dégressivité des allocations sera au cœur des discussions entre patrons et syndicats à partir de mi-février.

Myriam El Khomri, le 2 décembre 2015, à la sortie du palais de l'Elysée. 
Myriam El Khomri, le 2 décembre 2015, à la sortie du palais de l'Elysée.  (CITIZENSIDE / YANN BOHAC / AFP)