Durée, niveau des allocations... Les pistes du gouvernement pour équilibrer le budget de l'assurance chômage

L'AFP a pu consulter un rapport du gouvernement transmis à la commission des Affaires sociales de l'Assemblée nationale. Il détaille quelques pistes d'économies pour l'Etat.

Une employée de Pôle emploi, le 16 décembre 2015, dans une agence de Pôle emploi à Lille (Nord).
Une employée de Pôle emploi, le 16 décembre 2015, dans une agence de Pôle emploi à Lille (Nord). (PHILIPPE HUGUEN / AFP)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Un "effort raisonnable" est indispensable "à court terme" pour assurer la pérennité de l'assurance chômage, estime le gouvernement dans un rapport consulté par l'AFP, mardi 2 février. Le rapport liste plusieurs pistes d'économies, à l'approche d'une renégociation des règles d'indemnisation par les partenaires sociaux.

Selon l'Unédic, gestionnaire du régime, la dette de l'assurance chômage devrait atteindre 29,4 milliards d'euros fin 2016, et même 35 milliards fin 2018. Une dette qui augmente, malgré les économies permises par l'actuelle convention d'assurance chômage, chiffrées à 1,9 milliard d'euros entre 2014 et 2016 puis à 450 millions d'euros annuels en rythme de croisière. 

Ces coupes sont encore insuffisantes, selon l'exécutif : "Un effort supplémentaire demeure indispensable afin de permettre le retour à une situation financière équilibrée", "seule à même de garantir une stabilisation de la dette", écrit le gouvernement dans le rapport transmis le 20 janvier à la commission des Affaires sociales de l'Assemblée nationale.

Le gouvernement veut baisser la durée d'indemnisation

Dans ce document, le gouvernement met en avant plusieurs "mesures susceptibles de contribuer à atteindre l'équilibre financier à moyen terme" : le taux de contribution des salariés et des employeurs, la durée d'indemnisation et le niveau des allocations. Par exemple, diminuer de 100 jours la durée maximale d'indemnisation pour tous les allocataires permettrait d'économiser 1,1 milliard d'euros. Cet effort pèserait sur 406 000 allocataires qui perdraient chacun 2 600 euros par an.

Autre piste du gouvernement : passer à un ratio de 0,9 jour indemnisé pour un jour cotisé, au lieu de 1=1. Une mesure qui ferait économiser 900 millions d'euros. Concernant le niveau de l'allocation, abaisser le plancher d'indemnisation de 57% à 49% de l'ancien salaire brut rapporterait un milliard d'euros au régime. En tout cas, ce rapport confirme la volonté du gouvernement de réformer. Lundi, deux ministres ont évoqué la possibilité d'une baisse dégressive des allocations chômage.