Derrière la fin des contrats aidés, le chômage

Les emplois aidés sont jugés inefficaces et coûteux par le gouvernement. Pourtant, écoles, mairies et hôpitaux ont du mal à imaginer la vie sans eux.

Voir la vidéo
France 2
avatar
France 2France Télévisions

Mis à jour le
publié le

À midi, c'est l'heure de la distribution des repas à domicile. Évelyne Maury boucle sa tournée. Chaque jour, elle livre une trentaine de personnes âgées isolées ou dépendantes. Elle bénéficie d'un contrat aidé et ne sait pas encore s'il sera renouvelé. "Ça va être la fin pour moi et pour d'autres personnes", déclare-t-elle. Les contrats aidés, ces petits emplois financés aux deux tiers par l'État, sont dans le viseur du gouvernement.

Rentrée scolaire reportée

Jugés trop coûteux et pas assez efficaces pour lutter contre le chômage, les contrats aidés pourraient bien disparaître. Leur nombre a déjà considérablement diminué, passant de 459 000 à 310 000 entre 2016 et 2017. Dans une école du Calvados, cinq emplois aidés ont été supprimés. La maire a décidé de reporter d'une semaine la rentrée scolaire le temps de trouver une solution.

Le JT
Les autres sujets du JT
Selon la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, les contrats aidés sont onéreux et inefficaces dans la lutte contre le chômage. 
Selon la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, les contrats aidés sont onéreux et inefficaces dans la lutte contre le chômage.  (MAXPPP)