CDD : abus au détriment de l'assurance chômage

Les syndicats pointent l'abus des contrats courts par les entreprises.

Voir la vidéo
FRANCE 2

Mis à jour le , publié le

Le système n'est pas hors la loi, mais selon les syndicats, les entreprises abuseraient de l'utilisation de contrats courts. Quelques semaines de travail en CDD, puis des périodes de chômage. En alternance : un salaire, et des allocations chômage. Un système très flexible, mais un gouffre financier : 11 milliards d'euros pour l'assurance chômage. Car il devient la norme, 70% des embauches sont aujourd'hui des CDD.

Un système pervers

Une précarité subie, mais relativement bien indemnisée. Exemple : s’il a droit aux allocations chômage, un salarié qui travaille deux semaines au SMIC à temps plein, touche ensuite des indemnités égales à 80% de son salaire. En revanche, si un salarié travaille un mois complet, mais à mi-temps, il n'a plus droit qu'à 45% de son salaire. Un système pervers selon Marc Ferracci, économiste à l'Université Paris 2.

"Des gens passent en CDD, se remettent au chômage, reviennent chez le même employeur, toujours en CDD, ou en intérim. Ceci se fait sur le dos de la collectivité et au détriment des comptes de l'assurance chômage", affirme Marc Ferracci.
Le JT
Les autres sujets du JT