Ce qui fait débat : quelles aides pour l'emploi en banlieue ?

Emmanuel Macron avait promis durant sa campagne de créer des emplois francs. L'application de cette mesure a été reportée à 2020, mais elle pourrait être précédée par une expérimentation.

Voir la vidéo
FRANCE 2
avatar
France 2France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Encourager les embauches en CDI et en CDD dans les quartiers prioritaires grâce à une prime : c'est la recette des emplois francs, voulus par Emmanuel Macron. 15 000 euros pour l'employeur sur trois ans pour un CDI, 5 000 euros sur deux ans. Mais 150 000 emplois sont-ils à la clé comme le promet le gouvernement ? Le sujet fait débat. Les emplois francs seraient réservés aux 1 500 quartiers prioritaires de la ville en métropole et en outre-mer.  

Des difficultés pour recruter les bons profils

À Cergy-Pontoise, en banlieue parisienne, ce député attend avec impatience le dispositif. Une expérimentation pourrait être lancée dès 2018 dans une quarantaine de quartiers. Mais les emplois francs ont déjà existé sous le précédent quinquennat, 2 000 contrats attendus et seulement 280 signés, dix fois moins. Un échec total reconnaît l'ancien ministre socialiste de la ville qui ne comprend pas que l'on retente aujourd'hui l'expérience. Le dispositif des emplois francs, une bonne idée selon ce patron de PME même s'il a souvent des difficultés pour recruter les bons profils. Les habitants des quartiers n'ont pas toujours le bon bagage de formation. Les emplois francs seront un échec s'il n'y a pas d'investissements massifs sur la formation, prévient cette économiste. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Un bureau Pôle emploi à Dunkerque (Nord).
Un bureau Pôle emploi à Dunkerque (Nord). (PHILIPPE HUGUEN / AFP)