EasyJet : des cadences plus élevées et des retards plus nombreux

Alors que la grogne monte chez les pilotes d’easyJet, le journaliste Jean-Paul Chapel fait le point sur leurs conditions de travail, sur le plateau du 20 Heures.

Voir la vidéo
France 2
avatar
France 2France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Les pilotes de la compagnie easyJet se plaignent des "cadences infernales". Le journaliste Jean-Paul Chapel confirme que le rythme y est plus intense. "Ce qui est sûr, c’est que le temps de rotation, c’est-à-dire le temps entre l’atterrissage et le décollage d’un avion est plus court chez easyJet : 30 minutes, alors qu’il est de 45 minutes chez Air France. L’amplitude d’une journée de travail pour un pilote peut atteindre 12 heures pour les salariés d’easyJet, alors que c’est 10h45 maximum chez Air France", explique le journaliste sur le plateau du 20 Heures.

Plus de retards et d’annulations

Ces cadences ont des conséquences sur les annulations et les retards. "Les annulations ont fortement augmenté en un an chez easyJet, elles sont passées de 350 à 541, entre juillet 2016 et juillet 2017. Le taux d’annulation est plus important chez les compagnies low cost que chez les autres, et les retards de plus d’une heure sont également plus nombreux", poursuit le journaliste.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un avion de la compagnie EasyJet sur le tarmac de l\'aéroport de Ljubjana, en Slovénie, le 16 février 2012. 
Un avion de la compagnie EasyJet sur le tarmac de l'aéroport de Ljubjana, en Slovénie, le 16 février 2012.  (SRDJAN ZIVULOVIC / REUTERS)