Report de la loi Travail : Valls décale son voyage en Nouvelle-Calédonie et en Australie au mois d'avril

Le délai doit permettre au Premier ministre de consulter les partenaires sociaux sur le projet de loi Travail, a annoncé Matignon.

Le Premier ministre, Manuel Valls, le 1er mars 2016 à l'Assemblée nationale.
Le Premier ministre, Manuel Valls, le 1er mars 2016 à l'Assemblée nationale. (CITIZENSIDE / YANN KORBI / AFP)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Un calendrier chamboulé. Dans le cadre du report de la présentation de la loi Travail, Manuel Valls a été contraint de repousser au mois d'avril son déplacement en Nouvelle-Calédonie et en Australie, initialement prévu du 10 au 14 mars, a annoncé Matignon mardi 1er mars. Le Premier ministre va utiliser ce délai pour consulter les partenaires sociaux sur le projet de réforme du Code du travail.

>>> Lire aussi : Réforme du Code du travail : quatre signes qui montrent que les opposants au projet continuent de recruter

Le chef du gouvernement doit recevoir individuellement les organisations syndicales et patronales représentatives lors de la semaine du 7 mars, avec la ministre du Travail Myriam El Khomri et le ministre de l'Économie Emmanuel Macron. Puis il doit les rencontrer de nouveau au début de la semaine suivante, pour "restituer les travaux" visant à amender le projet de loi, décrié par une partie de la gauche et la plupart des syndicats, a précisé Matignon.

Le "séminaire" réclamé par les socialistes annoncé pour la semaine prochaine

Quant au "séminaire" demandé par les députés socialistes sur le projet de loi et accepté mardi matin par Manuel Valls, il devrait se tenir la semaine prochaine, selon Matignon. Ces changements d'agenda sont la conséquence directe du report de deux semaines, du 9 au 24 mars, de l'arrivée du texte de Myriam El Khomri en Conseil des ministres.

Le voyage de Manuel Valls en Nouvelle-Calédonie portait principalement sur le futur référendum d'indépendance qui doit être organisé d'ici 2018 ainsi que la crise liée à l'effondrement des cours du nickel. L'étape australienne visait notamment à positionner les entreprises françaises de défense pour un appel d'offres géant de l'Australie pour des sous-marins militaires.