Réforme du Code du travail : un Français sur deux souhaite des modifications du projet de loi

La facilitation des licenciements pour motifs économiques et le plafonnement des indemnités prud'homales en cas de licenciement abusif constituent les principales sources d'inquiétudes.

Un Français sur deux souhaite des modifications du projet de loi sur la réforme du code de travail, selon un sondage Elabe publié le 3 mars 2016.
Un Français sur deux souhaite des modifications du projet de loi sur la réforme du code de travail, selon un sondage Elabe publié le 3 mars 2016. (CITIZENSIDE/GERARD BOTTINO / CITIZENSIDE.COM / AFP)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Le texte continue de diviser. Près d'un Français sur deux (48%) pense que le gouvernement doit modifier de façon significative le projet de loi sur la réforme du Code du travail et un sur trois (33%) qu'il doit retirer intégralement ce texte, selon un sondage Elabe publié jeudi 3 mars.

Seules 18% des personnes interrogées considèrent que le gouvernement "ne doit pas reculer" et soumettre le projet de loi en l'état à l'Assemblée nationale. Si 54% des sympathisants de gauche pensent que le texte doit être revu en profondeur, c'est aussi le cas de 51% de ceux de la droite et du centre, selon cette enquête pour Les Echos, Radio Classique et l'Institut Montaigne.

"La facilitation des licenciements pour motifs économiques" pointée du doigt

Les proches du Front de gauche (58%) et ceux du Front national (56%) sont les plus nombreux à souhaiter le retrait pur et simple du projet de loi.

Parmi les mesures phares du texte, les personnes interrogées souhaitent en priorité que le gouvernement modifie les dispositions sur "la facilitation des licenciements pour motifs économiques" (43%). Suivent celles sur "le plafonnement des indemnités prud'homales en cas de licenciement abusif" (38%) et sur "la fixation du temps de travail par un accord d'entreprise" (37%) (deux réponses possibles).

Enquête réalisée en ligne les 1er et 2 mars auprès de 1.001 personnes de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.