Réforme du Code du travail : pour Valls, "ne rien changer, c'est nous condamner"

Le Premier ministre a publié une tribune sur sa page Facebook.

Le Premier ministre, Manuel Valls, le 22 février 2016 à Chalampé (Haut-Rhin).
Le Premier ministre, Manuel Valls, le 22 février 2016 à Chalampé (Haut-Rhin). (SEBASTIEN BOZON / AFP)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Manuel Valls répond à nouveau aux critiques virulentes contre la réforme du Code du travail. Le Premier ministre a publié une tribune sur son compte Facebook, lundi 22 février au soir. Il y affirme notamment que "ne rien changer, c'est nous condamner", alors que le chômage de masse "mine notre pays depuis 40 ans".

Je refuse ces visions qui considèrent que toucher un mot du code du travail revient à organiser la 'régression sociale', à remettre en cause les droits fondamentaux des salariés, et qu'il faudrait surtout ne rien changer.

Manuel Valls, Premier ministre

Facebook

"Notre économie est beaucoup trop rigide"

"Nous devons impérativement sortir des rigidités qui découragent, des blocages qui empêchent et brident la compétitivité", plaide le chef du gouvernement qui entend "vaincre les conservatismes, casser la logique de la demi-mesure et chercher des solutions neuves et audacieuses".

Manuel Valls affirme que c'est parce que "notre économie est beaucoup trop rigide" que la France crée "beaucoup moins de travail que d'autres pays", en particulier l'Allemagne ou la Grande-Bretagne. "Dans une compétition mondiale, nos entreprises se battent à armes inégales et subissent des perspectives d'activité de plus en plus incertaines", ajoute-t-il.