Réforme du Code du travail : Jean-Christophe Cambadélis souhaite que le texte soit "rééquilibré"

Le patron du PS plaide pour un nouveau débat avant la présentation du projet en Conseil des ministres, prévue le 9 mars.

Le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, le 6 février 2016 à Paris.
Le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, le 6 février 2016 à Paris. (YANN KORBI / AFP)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Alors que son parti se déchire sur le projet de réforme du droit du travail, le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, a pris position, dimanche 28 février. Sans aller aussi loin que Martine Aubry dans sa critique, il a exprimé le souhait que le texte soit "rééquilibré" avant sa présentation au Conseil des ministres, qui doit avoir lieu le 9 mars. "Ce texte doit être redébattu, réanalysé, réinitialisé", a plaidé le patron des socialistes, invité de BFMTV. "Entre ceux qui ne veulent rien faire et ceux qui veulent tout défaire, il y a la place pour ce que l'on appelle la souplesse et la sécurité", a-t-il jugé.

"Il faut que la sécurité soit perceptible"

"C'est un texte qui voulait combattre le chômage et qui est perçu comme permettant les licenciements. Il y a un travail de pédagogie" à faire, a-t-il encore estimé. Le premier secrétaire du PS accepte que les indemnités prud'homales soient plafonnées, mais veut que ce plafond soit relevé : "Il faut que la sécurité soit perceptible, or elle n'est pas perceptible, sur la question du licenciement et des indemnités prud'homales", conclut-il.