Réforme du Code du travail : ces militants FO qui manifestent malgré la ligne officielle de leur syndicat

Dans les 180 défilés organisés mardi contre la réforme du Code du travail, il y aura des militants de Force Ouvrière. Beaucoup sont très remontés contre leur secrétaire confédéral qui n'a pas appelé à manifester.

Manifestation anti-loi Travail, devant la raffinerie Total de Feyzin (arrondissement de Lyon), le 23 mai 2016.
Manifestation anti-loi Travail, devant la raffinerie Total de Feyzin (arrondissement de Lyon), le 23 mai 2016. (JEFF PACHOUD / AFP)
avatar
Sarah LemoineRadio France

Mis à jour le
publié le

Le gouvernement affronte sa première mobilisation contre la réforme du Code du travail. La CGT, FSU et Solidaires appellent les salariés et les fonctionnaires à une journée nationale de grève et de manifestation, mardi 12 septembre, contre les ordonnances.

Si cette journée d'action est un test pour le gouvernement, elle l'est aussi pour Jean-Claude Mailly, le secrétaire confédéral de Force Ouvrière (FO), qui n'a pas appelé à manifester, contre l'avis d'une grande partie de sa base.

Des militants FO très remontés contre la réforme du Code du travail et Jean-Claude Mailly, leur secrétaire confédéral : le reportage de Sarah Lemoine
--'--
--'--

Ainsi de nombreux militants de FO se joindront bien aux quelques 180 défilés prévus mardi un peu partout en France. Plus de la moitié des unions départementales FO ont appelé à la mobilisation. C'est le cas aussi de certaines grosses fédérations comme celle des transports qui s'inquiète notamment du plafonnement des dommages et intérêts aux prud'hommes en cas de licenciement abusif.

"Des dossiers de prud'hommes dans le transport, il y en a énormément, rappelle Bruno Lefebvre, le secrétaire général-adjoint de la fédération FO Transports, citant notamment des heures impayées et des repos compensateurs non payés. "Et, quand on voit le tableau des indemnités qui a été donné, ça ne va pas coûter cher d'aller aux prud'hommes, il suffira de le provisionner avant et puis le patron sera tranquille, il pourra faire ce qu'il veut. Ce sont des choses qu'on ne peut pas accepter."

"La base est contre"

Stéphane Noël est conducteur et délégué syndical FO dans une entreprise de transport de Lyon. Il juge la réforme du code du travail aussi dévastatrice que celle du quinquennat précédent et, pour lui, aller manifester est une évidence. "On ne peut pas laisser passer des choses comme ça, dit-il. Les ordonnances, c'est la phase B de la loi El Khomri. C'est une attaque supplémentaire au Code du travail. Aujourd'hui, la base est contre."

Nos convictions, c'est d'aller manifester et de lutter contre ces ordonnances.

Stéphane Noël, délégué syndical FO

à franceinfo

La base ne comprend pas la bienveillance affichée par Jean-Claude Mailly, d'autant que c'est lui qui, en 2016, avait appelé 12 fois ses troupes à manifester contre la loi Travail. Xavier Macotta, délégué syndical FO chez Air France, se dit "plus qu'en colère" et "dans l'incompréhension" : "J'aimerais comprendre ce qui a pu pousser notre secrétaire confédéral à estimer que les avancées de notre cher président étaient suffisantes pour ne pas appeler à combattre. Pour nous, la vie est un combat. Et celui-là est d'autant plus important."

Mais, je n'arrive pas à croire que ce soit la décision d'un seul homme. Si oui, alors a nos instances ont péché.

Xavier Macotta, délégué FO Air-France

à franceinfo

En allant manifester, certains militants de Force Ouvrière espèrent infléchir la position de la direction confédérale. Mais tout dépendra de l'ampleur de leur mobilisation.