VIDEO. Martine Aubry se dit "prête au débat" avec Manuel Valls

Au lendemain de son réquisitoire contre la politique du gouvernement, publié dans "Le Monde", la maire de Lille s'est exprimée, jeudi, sur RTL.

Martine Aubry lors d'une réunion à Lille, le 11 décembre 2015.
Martine Aubry lors d'une réunion à Lille, le 11 décembre 2015. (MAXPPP)

Mis à jour le , publié le

Deuxième charge contre le gouvernement. Invitée de RTL, jeudi 25 février, au lendemain de la publication d'une tribune virulente contre la politique menée par Manuel Valls, Martine Aubry a répété que "si on ne redresse pas les choses sur la croissance, sur l'emploi, si on fait cette loi [sur le travail], la gauche va perdre" la présidentielle. Cette loi, c'est le projet de réforme du droit du travail, proposé par la ministre Myriam El Khomri. Après avoir lu le texte du Premier ministre, publié sur Facebook, dans lequel il défend ces mesures, Martine Aubry juge qu'il y a "beaucoup de contre-vérités et de méconnaissances" et se dit "prête au débat avec lui".

Il était temps de dire un certain nombre de choses, parce que des décisions vont être prises sur la croissance et l'emploi, sur la déchéance de nationalité, sur les réfugiés et sur la loi El Khomri.

Martine Aubry

RTL

Au sujet de la tribune dans laquelle, avec d'autres signataires de gauche, elle met en garde le gouvernement face à l'"affaiblissement durable de la France qui se prépare", Martine Aubry déclare avoir "pensé que c'était peut-être le moment de s'exprimer tout haut". L'élue du Nord se déclare "heureuse de signer cette tribune avec des hommes et des femmes de gauche très différents. Ce ne sont pas des frondeurs, mais des progressistes pour notre pays qui a tant d'atouts", avance-t-elle. 

Accepterait-elle d'être ministre de Manuel Valls ? "Un, ça ne m'a pas été demandé, deux, excusez-moi, mais pour moi, la politique ce n'est pas d'aller occuper une fonction. C'est porter une politique en qui on a confiance. Aujourd'hui, je ne suis pas d'accord, autrement, je ne m'exprimerais pas", assure-t-elle.


Présidentielle 2017 : "Pour gagner, il faut des... par rtl-fr