Loi travail : une majorité de Français opposée au plafonnement des indemnités prud'homales, selon un sondage

Une majorité de Français est favorable à quatre mesures phares de la réforme du Code du travail, mais 57% sont opposés à la cinquième, le plafonnement des indemnités prud'homales. C'est ce que révèle un sondage Odoxa publié jeudi.

La réforme du Code du travail a été dévoilée jeudi 31 août. Image d\'illustration.
La réforme du Code du travail a été dévoilée jeudi 31 août. Image d'illustration. (MAXPPP)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting* pour franceinfo et Le Figaro, 52% des Français se montrent favorable à l'idée de la réforme du Code du travail. 

L'enquête ayant été réalisée avant la révélation à Matignon, jeudi 31 août, du contenu précis des ordonnances de la réforme, les sondés ont été interrogés sur les principales mesures de la réforme.

Adhésion au CDI de projet et à la réforme du dialogue social

"Quatre des cinq mesures testées suscitent une très forte adhésion de l'opinion", indique le sondage Odoxa-Dentsu Consulting. "C'est singulièrement le cas de l'élargissement du CDI de projet à d'autres secteurs que celui du bâtiment (71%), mais c'est aussi valable pour les mesures concernant la réforme du dialogue social dans les entreprises." 

Ainsi, 69% des sondés sont favorables à la possibilité, dans les petites entreprises, de conclure un accord avec un représentant du personnel hors syndicat, ou encore à la possibilité d'organiser un referendum d'entreprise à l'initiative de la direction. Enfin, 61% des personnes interrogées sont favorables à l'inversion des normes.

57% contre le plafonnement des indemnités prud'homales

En revanche, il y a une mesure qui ne passe pas auprès des Français : le plafonnement des indemnités prud'homales. 57% des personnes interrogées "restent hostiles" à cette mesure, qui a été confirmée par le gouvernement lors de la révélation des ordonnances à Matignon, jeudi.

"Le rejet est tout aussi majoritaire à gauche (68%) qu'au Front national (60%) et s'avère particulièrement puissant auprès de salariés (67%), des ouvriers (70%) et des Français en fin de carrière professionnelle (65% auprès des personnes âgées de 50 à 64 ans)", rapporte Odoxa-Dentsu Consulting.

Pour Gaël Slimane, le président d'Odoxa, "à lui seul, cet élément suffit à totalement discréditer l’ensemble de la portée de cette réforme aux yeux des Français. On verra dans les semaines qui viennent s’il y a du lest qui est lâché aux syndicats sur cette question spécifique ou si le gouvernement et Emmanuel Macron tiennent bon là-dessus."

Macron, les Français et les réformes

Toujours selon le sondage Odoxa-Dentsu Consulting, six personnes sur dix pensent que le président ne cédera pas face aux syndicats et qu'il ira jusqu'au bout.

Par ailleurs, 57% des Français "donnent raison à Emmanuel Macron pour ses propos sur les Français et les réformes [le 24 août, le chef de l'État a déclaré que 'les Français détestaient les réformes'] et 60% pensent qu'il ne cèdera pas face aux syndicats".

* Enquête réalisée auprès d'un échantillon de Français interrogés par Internet les 30 et 31 août, avec un échantillon de 995 personnes représentatif de la population de 18 ans et plus, parmi lesquelles 231 sympathisants de gauche et 107 sympathisants En Marche, 131 sympathisants de droit hors FN, et 163 du FN.