Loi Travail : le bras de fer syndical

Face à la polémique autour de la réforme du Code du Travail, le Premier ministre et les ministres de l'Économie et du Travail ont reçu les syndicats.

Voir la vidéo
France 2

Mis à jour le , publié le

Derrière les sourires, le bras de fer commence. Ce 7 mars, on a vu un défilé de syndicats dans les salons de Matignon : Force ouvrière, la CGT, et au centre du jeu, la CFDT et son leader, Laurent Berger. Il est un des seuls qui pourrait accepter le projet de réforme du Code du Travail, qui fait actuellement polémique. Mais il demande que le texte soit réécrit en profondeur. "Nous avons été écoutés. Il nous a été dit que la porte était ouverte au dialogue. (...) Nous avons redit que s'il n'y avait d'évolution, la CFDT serait en capacité de se mobiliser", a-t-il exprimé à la presse.

"On veut le repas complet"

La CFDT réclame que le barème des indemnités aux Prud'hommes soit supprimé du texte, et que les critères pour un licenciement économique soient revus.
Mais d'autres syndicats se montrent plus intransigeants, et demandent le retrait pur et simple du texte. "Je ne négocie pas un plat de lentilles. On veut le repas complet", illustre ainsi Jean-Claude Mailly, secrétaire général de FO. Prochaine étape pour le gouvernement : le test de la mobilisation dans la rue.

Le JT
Les autres sujets du JT
CGT, FO et CFDT réunis lors d'un rassemblement des salariés d'EDF, à Levallois Perret (Hauts-de-Seine), le 18 février 2016. 
CGT, FO et CFDT réunis lors d'un rassemblement des salariés d'EDF, à Levallois Perret (Hauts-de-Seine), le 18 février 2016.  (MAXPPP)