Loi Travail : l'article 2 est "une régression assurée"

L'objet de la contestation contre la loi Travail est l'article 2 de la réforme, qui permettrait à l'entreprise, avec l'accord des salariés, de moduler son temps de travail. L'économiste Christophe Ramaux et le journaliste Étienne Lefebvre en débattent ce mardi 31 mai dans le Grand Soir 3.

Voir la vidéo
France 3

Mis à jour le , publié le

"L'article 2 de la loi Travail, qui fait plus de 50 pages, est une régression assurée", estime Christophe Ramaux, membre des Économistes atterrés. Et d'ajouter : "Il indique que les dispositions qui organisent le temps de travail sont fixées par accord d'entreprise ou, à défaut, de branches, et la loi n'intervient s'il n'y a pas l'un ou l'autre. C'est l'idée que le droit se fait à l'échelle des entreprises".

"Ce n'est pas du tout nouveau. Les accords d'entreprise ont été permis d'abord pour les sociétés en difficulté. Ils ont sauvé les chantiers navals de Saint-Nazaire par exemple", rappelle le rédacteur en chef des Échos Étienne Lefebvre.

"Faire confiance à la démocratie sociale"

Christophe Ramaux cite le président de l'Union des artisans, qui a déclaré que l'article 2 était "la course au dumping social".

Etienne Lefebvre explique que "pour signer un accord, il faut être deux. Les syndicats qui vont signer n'importe quoi, à la prochaine élection, ils sont morts. C'est ça la démocratie sociale. Les syndicats devront rendre des comptes".

Le JT
Les autres sujets du JT