Les moins de 35 ans sont massivement opposés à la loi Travail

Selon un sondage Odoxa sur "Les Français et les jeunes", publié dimanche par "Le Parisien", 78% des 18-34 ans sont opposés au texte réformant le Code du travail, quand 71% des Français s'y disent opposés.

Des étudiants manifestant contre le projet de loi Travail, le 9 mars 2016 à Bordeaux (Gironde).
Des étudiants manifestant contre le projet de loi Travail, le 9 mars 2016 à Bordeaux (Gironde). (UGO AMEZ / SIPA)

Mis à jour le , publié le

Les Français de moins de 35 ans sont plus nombreux que leurs aînés à se déclarer "opposés" à la loi Travail, selon un sondage* Odoxa, publié dimanche 13 mars par Le Parisien. Si l'ensemble des Français se déclarent à 71% "plutôt opposés" à la loi El Khomri et 28% "plutôt favorables", les 18-34 ans se disent à 78% "plutôt opposés".

Les moins de 35 ans sont 54% à se dire "optimistes" pour leur avenir et 45% "pessimistes", contre respectivement 46 et 53% pour l'ensemble des tranches d'âge, selon ce sondage consacré à la jeunesse.

Les Français dans leur ensemble disent avoir une bonne image des jeunes, à 71%. Les plus nombreux à porter un regard positif sont les sympathisants de gauche (79%) tandis que les plus sévères sont ceux du Front national (seulement 56% à avoir une bonne image).

Des jeunes "créatifs" mais "individualistes" et "immatures"

Il n'en reste pas moins que le regard des personnes interrogées, y compris les personnes de moins de 35 ans, est assez critique: elles jugent certes les jeunes "créatifs" (73%) et "enthousiastes" (61%). Mais 67% des Français les qualifient également d'"individualistes", "coupés des réalités" (60%), "immatures" (59%), et ni "courageux ou faisant des efforts" (55%) ni "respectueux" (68%).

Des pourcentages en augmentation par rapport à un sondage similaire réalisée il y a cinq ans. Et les jeunes eux-mêmes ne sont qu'à peine plus cléments que leurs aînés dans le regard qu'ils portent sur eux-mêmes, précise Le Parisien.

* Sondage réalisé auprès d'un échantillon de 1 012 personnes de 18 ans et plus, interrogées par internet le 10 mars.