Duel d'opinions entre Pierre Gattaz et la CGT sur la réforme du droit du travail

En plein débat sur la réforme du Code du travail, Brut a posé les mêmes questions à Pierre Gattaz, président du MEDEF et Jean-Pierre Mercier, délégué CGT au groupe PSA Peugeot-Citroën.

Voir la vidéo
Brut
avatar
Brut.France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Réformer la France se fait-il nécessairement au détriment des salariés ?

Pour Pierre Gattaz, la France doit être réformée de manière transparente avec pour vision d’enrichir les entreprises pour faire profiter les salariés. Jean-Pierre Mercier quant à lui ne mâche pas ses mots : "Ce sont les patrons qu'il faut réformer". Pour lui, favoriser ces derniers se fera toujours au détriment des salariés.

La réforme fera-t-elle reculer le chômage ?

C'est la question centrale et l'objectif assumé du gouvernement. Une fois encore, leurs pensées demeurent incompatibles. Le délégué CGT au groupe PSA Peugeot-Citroën considère que la réforme ne sert qu’à enrichir les entreprises en donnant plus de pouvoir au gouvernement; il évoque un "montage patronal et gouvernemental" qui ne se préoccupe pas du chômage. Le président du MEDEF est quant à lui plus optimiste : le chômage baissera. Mais cela ne lui suffit pas : "Il y a aussi la fiscalité qu’il faut baisser", ajoute-t-il.

Et les négociations ?

L'un en est sorti plus frustré que l'autre. Jean-Pierre Mercier déplore qu'elles aient été si "inexistantes" pour son syndicat. Pierre Gattaz s'en félicite : "C'était bien. Il y en a eu quarante. Ca a duré deux mois".

Si Pierre Gattaz ne semble pas entièrement satisfait des réformes entamées par la Loi Travail, il est clair que le gouvernement Macron lui ouvre une brèche.

gattaz
gattaz (BRUT)