DIRECT. Loi Travail : "Il y a eu des ratés et je les assume", affirme Manuel Valls

Le Premier ministre était l'invité du 20 heures de France 2, quelques heures après avoir dévoilé une nouvelle version du projet de réforme du Code du travail.

Voir la vidéo
FRANCE 2

Mis à jour le
publié le

Ce qu'il faut savoir

Le gouvernement assure le service après-vente de la nouvelle loi Travail. Le Premier ministre était l'invité du journal de 20 heures de France 2, lundi 14 mars, quelques heures après avoir dévoilé aux partenaires sociaux une version revue et "corrigée" du projet de loi contesté. Pendant ce temps, la ministre du Travail Myriam El Khomri était sur le plateau du journal de TF1.

 "Il y a eu des ratés et je les assume". Le Premier ministre a reconnu des difficultés dans les négociations et justifie la réécriture du projet de loi Travail. "Plutôt que de s'entêter, il fallait prendre 15 jours de plus et écouter tout le monde", a-t-il dit face à David Pujadas.

"Le pays doit avancer en laissant plus de place à la négociation." La ministre du Travail assure que la réforme du Code du travail est "nécessaire" et défend, elle aussi et sans surprise, la nouvelle version du texte.

Des syndicats appellent toujours au retrait du projet. C'est le cas de la CGT et de Force ouvrière et l'Unef. Mais la majorité est elle-même divisée : des parlementaires PS menacent de s'opposer au texte et le Mouvement des jeunes socialistes (MJS) est très remonté.

Le live

Suivez le live et réagissez en direct
#TRAVAIL

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #TRAVAIL

23h00 : "C'est un vrai recul. Le projet est profondément dénaturé. Il est vidé de son contenu."

Invité du "Grand Soir 3", Nathalie Kosciusko-Morizet (Les Républicains) critique la nouvelle version du projet de loi Travail, et fustige au passage "la méthode détestable" du gouvernement à ce sujet.

22h32 : Voici les trois articles qu'il ne fallait pas manquer sur francetv info aujourd'hui :

Toute la semaine, François Hollande et Manuel Valls ont multiplié les tractations avec les syndicats afin d'apporter les dernières retouches au projet de loi Travail. Elise Lambert fait le récit des dernières négociations dans cet article.

"C'est trop cruel pour qu'on puisse vivre un lundi normal" : au lendemain de l'attaque meurtrière à Grand-Bassam, une professeure au lycée français d'Abidjan témoigne auprès de notre journaliste Vincent Daniel.

Ne dites plus Nord-Pas-de-Calais-Picardie, mais Hauts-de-France. La région a été rebaptisée ce matin. Mais pour l'historien Laurent Warlouzet, "Flandres-Artois-Picardie sonnerait mieux". Il explique pourquoi à notre journaliste Louis Boy.

20h32 : Et que pense l'opposition de la nouvelle version du projet de loi Travail ? Du mal, visiblement. "Je combattrai ce texte", affirme François Fillon.

(FRANCE 2)

20h27 : Si vous venez de nous rejoindre et que vous vous demandez ce que Manuel Valls a dit ce soir au JT de 20 heures de France 2, voici son interview en intégralité :

(FRANCE 2)

20h20 : "C'est un signal très fort en direction de la jeunesse de notre pays."

Myriam El Khomri s'adresse elle aussi aux jeunes. La nouvelle version du texte prévoit une garantie jeunes généralisée en 2017.

20h15 : "Le pays doit avancer en laissant plus de place à la négociation. C'est l'objectif de cette loi."

La ministre du Travail assure que la réforme du Code du travail est "nécessaire" et défend, elle aussi et sans surprise, la nouvelle version du texte.

20h13 : Manuel Valls termine son interview en assurant que le nouveau texte est "un nouveau départ". Allons du côté de TF1, où Myriam El Khomri, ministre du Travail, est invitée.

20h11 : Pour rappel, William Martinet, président de l'Unef a dénoncé "beaucoup de bricolages sur le contenu de ce nouveau projet de loi" en fin d'après-midi. Pas satisfait de la réécriture, il appelle à une journée d'action jeudi.

(FRANCETV INFO)

20h09 : "Voilà il y a là des progrès majeurs."

Manuel Valls tient particulièrement à s'adresser aux jeunes pour défendre la nouvelle mouture du projet de loi Travail.

20h07 : "Il y a eu des ratés, et je les assume."

Manuel Valls reconnaît des difficultés dans les négociations et justifie la réécriture du projet de loi Travail. "Plutôt que de s'entêter, il fallait prendre 15 jours de plus et écouter tout le monde", dit-il.

20h05 : "Quelle est ma mission ? C'est écouter, entendre, et trouver les compromis nécessaires."





20h03 : Vous pouvez regarder l'interview de Manuel Valls sur notre site. Je vais également retranscrire ses principales déclarations dans ce direct.

20h05 : Voici un nouveau point sur l'essentiel de l'actualité de la soirée :

• Le Premier ministre, Manuel Valls, a dévoilé la nouvelle mouture de la réforme du Code du travail, après deux semaines de négociations avec les partenaires sociaux. Il est l'invité du JT de France 2.

• Des syndicats ne sont pas satisfaits de cette nouvelle version : la CGT, FO et l'Unef appellent à la poursuite du mouvement.


• Au lendemain de l'attaque jihadiste qui a frappé la station balnéaire de Grand-Bassam (Côte d'Ivoire), le bilan s'alourdit. Quatre Français figurent parmi les 18 morts, a annoncé l'Elysée.

Vladimir Poutine a ordonné aux forces militaires russes de se retirer de Syrie. Il estime que l'intervention terrestre a largement accompli ses objectifs.

19h46 : "Quasiment rien n'a bougé."

Interrogée par francetv info, Caroline De Haas, militante à l'origine de la pétition contre la réforme du Code du travail, dénonce la version corrigée du texte par Manuel Valls.




 Caroline De Haas lors de manifestation contre la loi Travail, le 9 mars 2016, à Paris.

(MAXPPP)

19h14 : Le patronat a aussi suivi les dernières retouches au projet de loi Travail. Le Medef est "déçu" par le recul sur le barème prud'homal.


(FRANCETV INFO)

19h08 : Toute la semaine, François Hollande et Manuel Valls ont multiplié les tractations avec les syndicats afin d'apporter les dernières retouches au projet de loi Travail. Récit des dernières négociations dans cet article.

Manuel Valls, Myriam El Khomri et Emmanuel Macron présentent la nouvelle mouture de la loi Travail, lundi 14 mars, à Matignon.

(PATRICK KOVARIK / AFP)



18h36 : Jean-Claude Mailly, secrétaire général de Force ouvrière, est du même avis : il maintient sa demande de retrait du texte malgré les annonces de Manuel Valls.


(FRANCETV INFO)

18h34 : #LoiElKhomri : premiers reculs. Mais le texte reste très toxique. Retrait total et définitif !

18h34 : Candidat à l'élection présidentielle, Jean-Luc Mélenchon réagit lui aussi à la nouvelle mouture du projet de loi Travail.

18h30 : Parce qu'un autre gouvernement (de droite) n'aurait pas reculé?

18h29 : Ce gouvernement a au moins le courage, contrairement au précédent, de s'attaquer à reformer certains aspects du code du travail, même si c'est loin de la grande réforme attendue !

18h29 : De toute ma vie je n'ai jamais vu la CGT approuver un quelconque changement ni même être constructive. Bon, je n'ai que 76 ans.

18h22 : La mobilisation contre la loi Travail n'est "plus que jamais d'actualité", dit Philippe Martinez. Le secrétaire général de la CGT n'est pas satisfait de la version revue et "corrigée" du projet de loi Travail.


(FRANCETV INFO)

18h01 : Il est 18 heures, voici un nouveau point sur l'actualité :

• Après la présentation de la nouvelle version du projet de loi Travail, qui revient notamment sur les indemnités prud'homales et sur la durée de travail, la CGT, FO et l'Unef appellent à la poursuite du mouvement.

• La présidence ivoirienne décrète un deuil national de trois jours et un renforcement des mesures de sécurité, après l'attentat qui a fait 18 morts à Grand Bassam.

• Au lendemain de l'attaque à la voiture piégée qui a fait 37 morts à Ankara, la police turque a arrêté onze suspects et accuse les rebelles kurdes du PKK. Deux kamikazes auraient été identifiés.

Le conseil régional de Nord-Pas-de-Calais-Picardie s'est choisi un nouveau nom : bienvenue aux futurs Hauts-de-France. La pilule passe mal chez certains internautes outrés.

17h40 : Lors de son discours, Manuel Valls a dit qu'il se "réjouissait des réactions qui ont accompagné ces annonces". Il n'avait sans doute pas en tête la réaction de la CGT, de FO ou encore de l'Unef, trois organisations qui appellent à une poursuite de la mobilisation contre le projet de loi.

17h38 : Concluant son discours, Manuel Valls rappelle que le projet de loi sera présenté et adopté en Conseil des ministres, dans dix jours, le 24 mars. Place maintenant à la séance de questions-réponses, à laquelle participent aussi Myriam El Khomri et Emmanuel Macron.





17h36 : "Plus de libertés, plus de protection, pour plus d'emplois, c' est renforcer notre modèle social."

Saluant "l'engagement personnel de Myriam El Khomri", Manuel Valls estime que "la France peut se transformer sans se fracturer".

17h34 : D'après le Premier ministre, la mise en place d'un barème indicatif sur les indemnités prud'homales va permettre "plus de visibilité pour les entreprises et une parfaite prise en compte de leur situation individuelle pour les salariés". "Ce type de barème va faire converger la jurisprudence", trop aléatoire aujourd'hui, selon lui.

17h32 : Confirmant l'abandon du projet de barème obligatoire des indemnités prud'homales, Manuel Valls annonce la mise en place d'un "référentiel indicatif", un "guide qui devra accompagner les juges" et permettre des "décisions de justice plus homogènes et rapides".

17h28 : "S'il n'y a pas d'accord majoritaire, le droit qui s'appliquera sera celui qui s'applique aujourd'hui."

Manuel Valls insiste sur le fait que les modifications proposées devront faire l'objet d'un accord majoritaire pour pouvoir être appliquées.

17h25 : "Nous prenons un nouveau départ."

"Certains s'empresseront de dire que nous n'avons rien entendu, d'autres que nous avons cédé", se félicite Manuel Valls, qui y voit la preuve d'un compromis.

17h24 : "Il y a eu un manque d'explication."

Malgré des erreurs lors de la préparation du texte, Manuel Valls estime qu'un "compromis intelligent et efficace" est possible.

17h23 : "Avec Myriam El Khomri et Emmanuel Macron, nous savons l'inquiétude des salariés qui peuvent être livrés au bon vouloir des chefs d'entreprise. Nous voulons les rassurer."

Le Premier ministre estime que la réforme du Code du travail sera "ambitieuse, inédite".

17h17 : "Cette loi n'a qu'un seul but : sortir d'une société de la précarité."

Evoquant la "dualité entre ceux qui ont un emploi stable et les autres", Manuel Valls rappelle que "90% des embauches se font en CDD ou en interim". "Nous voulons des CDI pour le plus grand nombre, en donnant plus de visibilité aux entreprises", ajoute-t-il.

17h14 : Manuel Valls prend à présent la parole. Suivez sa conférence de presse en direct.




17h05 : Après les partenaires sociaux, place à Manuel Valls. Vous pourrez suivre sa conférence de presse, dans les prochaines minutes, dans notre direct vidéo.

17h03 : Vous n'avez pas tout compris au contenu de la nouvelle version du projet de loi Travail ? Respirez un grand coup et foncez lire notre article qui récapitule les modifications présentées par le gouvernement.

(PATRICK KOVARIK / AFP)

17h01 : "Nous avons pesé sur un projet de loi, qui était déséquilibré, incompris, qui peut devenir un projet de loi porteur de progrès pour les jeunes et pour les salariés."

La CFDT se montre satisfaite "sur un certain nombre de points où il y a eu réécriture", notamment sur les indemnités prud'homales, le temps de travail et la garantie jeunes.

16h52 : "Le gouvernement fait quelques rétropédalages et beaucoup de bricolage."

Tout en appelant à l'extension de la garantie jeunes, le leader de l'Unef estime que la mesure proposée par Manuel Valls sur ce sujet relève, pour l'instant, de "l'effet d'annonce". Il appelle "les étudiants à continuer la mobilisation".

16h48 : Pour la CGT, Philippe Martinez regrette que Manuel Valls "n'ait rien remis en cause sur le fond" du projet de réforme du Code du travail. "Tout est dérogeable" dans les nouvelles dispositions prévues, regrette-t-il.

16h46 : "Le mécontentement et le désaccord demeurent."

La nouvelle version du texte est "insuffisante" pour FO, qui appelle les salariés à se mobiliser lors "des journées du 17 et du 31 mars".

16h42 : De son côté, la CGPME estime que la nouvelle mouture du projet de réforme du Code du travail "laisse augurer" un sort funeste pour le texte. L'organisation qui défend les PME s'inquiète de nouvelles modifications à l'Assemblée nationale.

16h39 : "Nous attendons le détail du texte, d'ici demain soir. J'espère qu'il n'y aura pas d'autres mauvaises surprises."

A la sortie de Matignon, Pierre Gattaz se dit "déçu" par certaines "reculades" du gouvernement, notamment le déplafonnement des indemnités prud'homales. Il appelle à "ne plus dénaturer cette loi".

16h36 : Ds ce nouveau projet #LoiTravail, #DroitUniverselFormation, Garantie Jeune = Droit, nvelles protections pr ls jeunes... @La_FAGE entendue !

16h35 : Pour la @CFDT, l'enjeu de ce texte était aussi de faire progresser le #dialoguesocial !

16h35 : #LoiTravail le gouvernement renonce au plafonnement des indemnités prud'homales en cas de licenciement abusif !

16h34 : Nos fédérations décideront lundi 21 mars si le projet @MyriamElKhomri a suffisamment bougé ou pas. La CFE-CGC poursuit son travail !

16h34 : Tandis que la CGT et FO campent sur leurs positions et demandent le retrait du texte, les syndicats dits "réformistes" se montrent plus ouverts à la discussion. Ils se félicitent de certaines annonces.

16h21 : #Requiem pour la #LoiTravail : otage des syndicats, @manuelvalls a définitivement renoncé, aujourd'hui, à réformer le pays. Vivement 2017 !

16h21 : 3 objectifs: se former tout au long de la vie, renforcer le dialogue social, favoriser l'embauche en CDI. Nouveau départ pour #LoiTravail