DIRECT. Loi Travail : Manuel Valls serait opposé au retrait du plafonnement des indemnités prud'homales, selon les syndicats

Manuel Valls va recevoir les partenaires sociaux en compagnie de Myriam El Khomri et d'Emmanuel Macron.

Manuel Valls, Myriam El Khomri et Emmanuel Macron, le 22 février 2016 à Chalampé (Haut-Rhin).
Manuel Valls, Myriam El Khomri et Emmanuel Macron, le 22 février 2016 à Chalampé (Haut-Rhin). (SEBASTIEN BOZON / AFP)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Ce qu'il faut savoir

Une semaine déterminante s'ouvre pour l'avenir de la loi Travail. Manuel Valls va tenter, lundi 7 mars, de convaincre les partenaires sociaux qu'il a entendu leurs "inquiétudes", avant la première contestation dans la rue mercredi. Suivez la situation en direct.

Des négociations toute la matinée. "Je ne pense pas qu'il y aura un retrait du barème [des indemnités prud'homales"a estimé Philippe Louis, président de la CFTC, à l'issue d'une rencontre avec Manuel Valls. Les dirigeants des syndicats FO, CGT, CFDT et, côté patronal, CGPME, doivent eux aussi se succéder lundi à Matignon pour des entretiens avec le chef du gouvernement, entouré des ministres Myriam El Khomri et Emmanuel Macron.

Valls promet des "améliorations". Avant ces rendez-vous et la journée d'action organisée mercredi par plusieurs organisations de jeunesse et certains syndicats de salariés, Manuel Valls a promis, dans un entretien au Journal du dimanche, des "améliorations" sur les deux mesures les plus contestées : l'assouplissement du licenciement économique et la création d'un plafond pour les indemnités prud'homales.

Sept Français sur dix opposés à la réforme. Dans un sondage Odoxa pour Le Parisien / Aujourd'hui en France, publié dimanche 6 mars, 70% des Français se disent "plutôt opposés" au projet de loi El Khomri, contre 28% "plutôt favorables" (2% ne se prononcent pas). 

Le live

Suivez le live et réagissez en direct
#TRAVAIL

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #TRAVAIL

23h10 : "Ce soir, il y a un parti qui veut améliorer les choses dans sa grande majorité, même s'il y a toujours des camarades qui estiment que pour faire mieux, il faudrait retirer le texte."

Le Bureau national, l'instance dirigeante du PS, a eu une longue et houleuse discussion sur le projet de loi sur la réforme du code du travail, marquée par l'intervention de Martine Aubry réclamant beaucoup de "modifications" du texte.