Le département de l'Essonne se dit dans l’impossibilité de payer les aides sociales

Selon les informations du "Monde", le président du conseil départemental a proposé aux associations d’étaler les versements de ces aides sur six ans.

François Durovray, président du conseil départemental de l'Essonne, à Evry, le 31 mars 2015.
François Durovray, président du conseil départemental de l'Essonne, à Evry, le 31 mars 2015. (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)
avatar
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Le département de l’Essonne affirme être dans l’impossibilité de payer les aides sociales pour une partie de l’année 2015, rapporte Le Monde, mercredi 13 janvier. Dans un courrier adressé fin décembre aux associations de protection de l’enfance et aux établissements médico-sociaux pour les personnes âgées ou les adultes handicapés, François Durovray (Les Républicains), le président du conseil départemental, a proposé d’étaler les versements sur les six prochaines années, avec les intérêts. Selon les informations du quotidien, le secteur des services à domicile, l’allocation personnalisée d’autonomie et la prestation de compensation du handicap seraient aussi concernés par ce retard de paiement.

Une décision qui mettrait les associations en difficulté

"C’est une dépense obligatoire, il doit la payer", rappelle dans le journal Guillaume Quercy, directeur en Ile-de-France de l’Union régionale interfédérale des œuvres et organismes privés sanitaires et sociaux. Comme l'indique Le Monde, plusieurs établissements et associations ne disposant d’aucune trésorerie pourraient se retrouver en situation très précaire en cas de report des paiements.

De son côté, François Durovray accuse ses prédécesseurs (la gauche) d'avoir laissé une dette d’un milliard d’euros et une affaire d’emprunt toxique au niveau du service départemental d’incendie et de secours. Sur son compte Twitter, Jérôme Guedj, ancien président (PS) du conseil départemental de l'Essonne, dément et dénonce une décision "politicienne dégueulasse qui en dit long sur la considération pour ces professionnels et ces familles".