Alors que le gouvernement cherche à relativiser ces derniers jours l'impact qu'aurait la perte du triple A français, le conseiller spécial du président de la République, Henri Guaino, estime toutefois que celle-ci serait "totalement injustifiée".

"La France ne présente aucun risque de défaut sur sa dette. Certes, il y a le risque de l'euro et l'Etat est très endetté, mais les Français sont parmi les ménages qui épargnent le plus au monde", souligne-t-il dans un entretien au quotidien économique Les Echos, mardi 20 décembre. 

"Contrairement à des pays comme la Grèce et l'Italie, l'Etat est fort, l'impôt est payé et le gouvernement fait preuve de détermination pour assainir ses finances, poursuit le conseiller de Nicolas Sarkozy. Le seul risque est de devenir une cible pour la spéculation. Il faut absolument éviter de laisser le doute s'installer. Le doute nourrit le doute et fait monter les taux. C'est ainsi qu'un pays qui est parfaitement capable de payer ses dettes peut se retrouver étranglé financièrement. Il faut tout faire pour ne pas entrer dans cette spirale infernale."

"Remettre à plat tout le système"

Henri Guaino se montre également sceptique quant à la création d'une agence de notation européenne : "Comment serions-nous assurés qu'elle aurait un comportement différent ? En vérité, les agences ne sont qu'un rouage d'un système financier qui marche sur la tête, où la moindre prévision, qu'elle soit fondée ou non, est autoréalisatrice." Pour lui, "c'est tout le système qu'il faut remettre à plat : l'organisation des marchés, le rôle des banques, la comptabilité aux prix des marchés..."