Des salariés de l'entreprise de prêt-à-porter Camaïeu, qui se retrouvent à toucher un complément du RSA en raison de leur trop faible salaire, demandent à rencontrer "au plus vite" le ministre du Travail pour dénoncer leur situation salariale, a indiqué le syndicat Force ouvrière, vendredi 15 juin. "Lorsque je suis allé voir mon DRH pour lui demander une augmentation de salaire, il m'a clairement dit : 'Pourquoi tu veux une augmentation ? Tu as le complément du RSA pour ça'", a expliqué Cherif Lebgaa, délégué syndical de FO.

"Cette mesure, c'est clairement un effet d'aubaine pour la direction de Camaïeu, qui en profite pour maintenir ses salariés dans la misère. C'est écœurant d'exploiter les gens ainsi", a ajouté cet employé du secteur logistique dans les entrepôts roubaisiens de la marque. Cherif Lebgaa a précisé qu'après 18 ans d'ancienneté dans l'entreprise, il touche 1 180 euros net de la part de son employeur et 296 euros au titre du RSA. 

"Mais c'est 'Germinal' !"

Selon lui, son cas est "très répandu dans l'entreprise". "Rien que dans l'entrepôt à Roubaix, on est au moins une vingtaine dans le même cas (...) Mais c'est sans doute plus, car beaucoup de gens ont honte d'en parler. Toucher le RSA, personne n'aime s'en vanter." Le syndicaliste assure que le ministère du Travail est leur dernier recours. "Cela fait des années que la direction nous refuse la moindre augmentation. Et en plus de ça, nous n'avons aucun avantage social : pas de tickets resto, pas de chèques vacances, pas de primes, rien !"

Les salariés de Camaïeu, qui avaient déjà mené une grève de plusieurs semaines en janvier 2011, réclament une augmentation de 100 euros par personne. "Camaïeu nous maintient sciemment dans le statut de travailleurs pauvres. Des salariés en CDI qui se retrouvent à toucher le RSA en 2012, mais c'est 'Germinal' ! poursuit Cherif Lebgaa. Et pendant ce temps-là, les actionnaires touchent chaque année 500 millions de dividendes."

Créé en 1984, le groupe Camaïeu, majoritairement détenu par le fonds d'investissement Cinven, a réalisé en 2010 un chiffre d'affaires de 810 millions d'euros et un bénéfice net de 84,5 millions d'euros. Il possède plus de 1 000 magasins dans le monde (600 en France) et emploie 5 800 personnes, dont 4 000 en France.