Bonne nouvelle pour les finances de l'Etat. La France a emprunté lundi 9 juillet près de 6 milliards d'euros à court terme, pour la première fois de son histoire à des taux d'intérêts négatifs.

La France a ainsi emprunté 3,917 milliards d'euros à un taux de -0,005% pour des titres de dette à échéance le 11 octobre. Elle a également levé 1,993 milliard d'euros à un taux de -0,006% pour des placements à échéance le 27 décembre.

Les investisseurs prêts à perdre de l'argent

Les rendements évoluant à l'inverse des cours, cette faiblesse des taux signifie que jamais le prix des obligations n'a été aussi élevé. Autrement dit, la demande bat des records. "Cela prouve qu'en ces temps de turbulences financières, la France fait figure de pays sûr", a noté Patrick Jacq, stratégiste obligataire pour BNP Paribas.

Les investisseurs professionnels (fonds de pension, investisseurs institutionnels...) "sont obligés de détenir dans leur portefeuille des actifs notés 'triple A' par les agences de notation. Or ces placements ne sont plus si nombreux", a souligné Jean-François Robin, stratégiste chez Natixis.

La France rejoint ainsi le club fermé des pays européens bénéficiant de taux négatifs, avec l'Allemagne, les Pays-Bas ou le Danemark. Selon Les Echos.fr, la dette française est le "second meilleur choix" des investisseurs dans la zone euro.