La Bourse de Madrid (Espagne), le 15 novembre 2011.
La Bourse de Madrid (Espagne), le 15 novembre 2011. (CRISTINA QUICLER / AFP)

Les Bourses européennes ont rebondi mercredi 6 juin. Après avoir ouvert dans le vert, Paris affichait un gain de 2,08% en fin d'après-midi, Francfort de 1,64%, Londres de 2,06%, Madrid de 1,92% et Milan de 2,69%.

Les taux obligataires restent inchangés

Alors qu'elles espéraient un geste de la Banque centrale européenne (BCE), visant à baisser les taux directeurs pour faire face à la crise de la dette en zone euro, les places ont finalement bien accueilli sa décision de ne pas les changer. 

A l'issue de la réunion mensuelle des gouverneurs, la BCE a en effet choisi de laisser inchangé son taux directeur. Le marché, qui avait anticipé une telle décision, n'a pas été perturbé. 

Malgré ses difficultés, la place de Madrid se maintient 

Sur le marché obligataire (celui sur lequel l'Etat et les entreprises se financent), la tendance était aussi à la détente, avec une baisse des coûts d'emprunt pour l'Espagne.

Le pays constitue une des grandes sources d'inquiétude pour les investisseurs. Pourtant, dès 11 heures, l'indice Ibex-35 a grimpé de 3,12% à 6 463,3 points, avec notamment Santander qui prenait 3,23% à 4,731 euros et BBVA qui gagnait 3,40% à 5,048 euros. D'autres grands groupes espagnols ont profité de l'embellie boursière : Sacyr (BTP) s'est envolé de 6,94% à 1,588 euro, Inditex (textile) a bondi de 2,91% à 67,23 euros et Iberdrola (énergie) a avancé de 3,99% à 3,309 euros.

Mercredi, le ministre espagnol des Finances, Luis De Guindos, a déclaré au Parlement européen que "le gouvernement prendra[it] les décisions sur la recapitalisation des banques dans les quinze jours". La veille,  le chef du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, avait demandé à l'Union européenne de "soutenir les pays en difficulté", alors que son pays vit un moment de forte tension sur les marchés.