L'euro est tombé, mercredi 23 mai en fin d'après-midi, sous 1,26 dollar pour la première fois depuis l'été 2010.  Cette chute du cours de la monnaie européennes intervient avant le sommet européen à Bruxelles, où les dirigeants évoqueront notamment la crise grecque. Dans ce contexte de crise propice à la recherche de valeurs refuges, les opérateurs de change se ruent vers les actifs jugés plus sûrs, comme le dollar.

"La poursuite du recul de l'euro face au dollar reflète un refus grandissant des investisseurs de prendre des risques qui ne sont pas nécessaires", a commenté Markus Huber, analyste chez ETX Capital.

Succès des obligations allemandes

Outre le dollar et le yen, les obligations allemandes sont également prisés par les investisseurs. Pour la première fois de son histoire, le Trésor allemand a émis pour 4,55 milliards d'obligations à deux ans n'offrant le droit au versement d'aucun intérêt, a relaté le site du Figaro. "Plutôt que de prêter de l'argent dans l'espoir d'en tirer un petit bénéfice - même minime -, les investisseurs préfèrent acheter des obligations allemandes avec un coupon zéro", analyse le quotidien.

"Les investisseurs font de plus en plus preuve d'aversion pour les actifs à risque, note pour sa part Markus Huber. Car ils intègrent désormais l'idée que le sommet de l'UE ne va pas déboucher sur grand-chose pour calmer les marchés financiers", qui devraient rester sous pression jusqu'aux nouvelles élections législatives en Grèce, le 17 juin.