Hongrie : passe d'armes avec l'Union européenne

Depuis plus d'un mois, les Hongrois sont dans la rue. Ils appellent l'Union européenne au secours contre la politique répressive de leur Premier ministre Viktor Orbán. La Commission européenne a décidé de passer à l'action.

Voir la vidéo
FRANCE 2
avatar
France 2France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Cette semaine, le Premier ministre hongrois était à Bruxelles (Belgique) pour expliquer sa politique. Il ne s'attendait pas à une telle charge de l'ancien Premier ministre belge. "Vous harcelez les ONG, vous poursuivez les médias critiques, vous construisez des murs. Votre volonté de rétablir la peine de mort dans votre pays existe même si elle est contraire à tous nos traités. Et maintenant, vous avez décidé de fermer des universités. Jusqu'où irez-vous ?", s'est indigné Guy Verhofstadt, député européen.

Une procédure d'infraction lancée par la Commission européenne

Après cette mise en garde, Viktor Orbán a tenu une conférence de presse pour donner sa vision du rôle d'un chef d'État. "Je suis d'accord, la démocratie c'est important, mais l'ordre et la ligne politique le sont encore plus", a déclaré le Premier ministre hongrois. Une procédure d'infraction a été lancée par la Commission européenne. Désormais, le pays risque une suspension du droit de vote. Coïncidence ou pas, la Hongrie vient d'achever sa double clôture à la frontière serbe, destinée à décourager les migrants. Une autre mesure contraire aux traités européens, mais qui participe, selon Viktor Orbán, à la sécurité de l'Europe.

Le JT
Les autres sujets du JT
(FERENC ISZA / AFP)