Bankia demande une aide record de 19 milliards d'euros à l'Etat espagnol

Cette somme s'ajoute aux 4,5 milliards d'euros de prêts publics convertis le 9 mai en participation dans Bankia, pour permettre la prise de contrôle de l'Etat.

Bankia compte un portefeuille immobilier de 37,5 milliards d\'euros, dont la très grande majorité (31,8 milliards) est problématique, car de valeur incertaine.
Bankia compte un portefeuille immobilier de 37,5 milliards d'euros, dont la très grande majorité (31,8 milliards) est problématique, car de valeur incertaine. (PIERRE-PHILIPPE MARCOU / AFP)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

En grandes difficultés en raison de son exposition au secteur immobilier sinistré, la quatrième banque espagnole cotée en Bourse, Bankia, a annoncé vendredi 25 mai qu'elle demandait une aide à l'Etat de 19 milliards d'euros. Cette somme s'ajoute aux 4,5 milliards d'euros de prêts publics convertis le 9 mai en participation dans Bankia, pour permettre la prise de contrôle de l'Etat, ce qui fait donc un sauvetage public d'un montant total de 23,5 milliards d'euros, un record historique pour un sauvetage dans le secteur financier espagnol.

"Nous allons demander au Fonds spécial d'aide au secteur qu'il souscrive à une augmentation de capital de 19 milliards d'euros dans BFA" (Banco financiero y de ahorros), actionnaire de contrôle de Bankia, cette dernière recevant la majorité des fonds (12 milliards), a expliqué la banque à l'issue de son conseil d'administration. Bankia compte un portefeuille immobilier de 37,5 milliards d'euros, dont la très grande majorité (31,8 milliards) est problématique, car de valeur incertaine (crédits risquant de ne pas être remboursés, logements saisis, etc.).

L'Etat s'est engagé cette semaine à apporter tous les fonds nécessaires à Bankia, groupe qui représente 10% du système financier espagnol et est donc considéré comme une banque "systémique" trop grande pour faire faillite -"to big to fail", comme le dit le propos inventé par les banquiers américains-, sous peine de contaminer l'ensemble du secteur. Grâce à cet argent public, "le groupe mènera un plan d'assainissement et de recapitalisation, qui lui apportera une solvabilité conforme aux exigences réglementaires", assure la banque, "et à une éventuelle détérioration du scénario macroéconomique".