Crise oblige, le Portugal s'attaque à ses jours fériés. Lisbonne et le Saint-Siège sont parvenus à un accord, mardi 8 mai, pour supprimer deux jours fériés religieux à partir de 2013 et "pour une période de cinq ans". C'est ce que prévoit la réforme du code du travail décidée par le gouvernement pour améliorer la compétitivité du pays, sous assistance financière.

Disparaîtront du calendrier des jours fériés : la Fête-Dieu, célébrée soixante jours après Pâques, et le 1er novembre. "Cet accord vise à soutenir les efforts du Portugal et des Portugais pour venir à bout de la crise économique et financière que le pays traverse", ont souligné le ministre des Affaires étrangères et celui de l'Economie dans un communiqué. D'ici cinq ans, le Portugal et le Vatican ont promis de réévaluer les termes de l'accord.

Un manifestant dénonce les mesures d'austérité prises au Portugal, lors d'un rassemblement à Lisbonne, le 28 mai 2012. 
Un manifestant dénonce les mesures d'austérité prises au Portugal, lors d'un rassemblement à Lisbonne, le 28 mai 2012.  (PATRICIA DE MELO MOREIRA / AFP)