Irlande : les électeurs frappés par l'austérité sont prêts à punir leur Premier ministre

Les élections législatives de ce vendredi 26 février devraient fragiliser le parti de centre-droit. Le pays a souffert de la politique d'austérité drastique.

Voir la vidéo
FRANCE 3

Mis à jour le , publié le

L'Irlande, avec ses 4,5 millions d'habitants, est l'un des plus petits pays de l'UE. C'est aussi l'un des pays qui a le plus souffert de la crise financière de 2008. Mais ces dernières années, il s'est redressé de façon spectaculaire : la croissance est passée de -9% en 2009 à 7% en 2015. Le chômage, de 15% en 2012, a chuté à 8,2% trois ans après, et les investissements étrangers ont bondi de 25% l'an dernier.

Mais derrière ces résultats, il y a eu des sacrifices. Et les électeurs pourraient avoir envie de passer à autre chose ce vendredi 26 février, lors des élections législatives. Le parti de gauche Sinn Fein, qui a fait de la lutte contre l'austérité son cheval de bataille, pourrait percer.

"Une austérité jamais vue en Europe"

"Le parti de centre-droit d'Enda Kenny, le Premier ministre sortant, n'aura pas de majorité selon les sondages. Il pourrait même avoir des difficultés à former un gouvernement", annonce depuis Dublin Hervé Amoric, correspondant de France 24. "Les électeurs ont payé le prix fort pour le redressement économique du pays : une austérité jamais vue en Europe, mise à part en Grèce", rappelle-t-il.

Se dirige-t-on vers une situation de blocage politique comme au Portugal ou en Espagne ? "L'électorat va vouloir punir les grands partis de l'establishment en élisant aussi des députés de la gauche radicale et des indépendants", annonce le journaliste à France 3.

Le JT
Les autres sujets du JT
Dans un bureau de vote, le 26 février 2016 à Dublin (Irlande).
Dans un bureau de vote, le 26 février 2016 à Dublin (Irlande). (LEON NEAL / AFP)