Guyane : la mobilisation continue, mais la population est divisée

Après trois semaines de mouvement social, le collectif qui a lancé le mouvement de contestation veut maintenir la pression sur le gouvernement et appelle au renforcement des barrages sur les routes. Mais sur le terrain, le mot d'ordre ne fait pas l'unanimité. François Hollande, lui, demande la fin des blocages.

Voir la vidéo
FRANCE 3
avatar
France 3France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Alors que François Hollande appelle à la fin du blocage, de nombreux barrages subsistent dans toute la Guyane. Seuls les piétons, les véhicules d'urgence ou les scooters ont le droit de passage. Le mouvement de contestation sociale débuté le 25 mars dernier ne faiblit pas : les manifestants réclament toujours 2 milliards d'euros supplémentaires. Mais certains professionnels s'inquiètent : le mouvement paralyse l'économie guyanaise.

150 000 euros de chiffre d'affaires en moins

Cet hôtelier a perdu sa clientèle, ce qui représente 150 000 euros de chiffre d'affaires en quinze jours. Même inquiétude dans ce laboratoire, où les trois quarts de l'activité ont disparu. Ce médecin ne reçoit plus que 70 patients par jour, contre 300 d'habitude. Le matériel pourrait manquer si l'aéroport de Cayenne continue à fonctionner au ralenti. Une pétition a recueilli quelque 2 300 signataires pour réclamer la levée des barrages. La grogne monte aussi sur les réseaux sociaux. Une contre-manifestation est prévue ce mardi 11 avril.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des manifestants protestent aux abords du centre spatial de Kourou (Guyane française), le 4 avril 2017.
Des manifestants protestent aux abords du centre spatial de Kourou (Guyane française), le 4 avril 2017. (JODY AMIET / AFP)