Fin du conflit en Guyane : Arianespace a perdu "500 000 euros par jour" pendant cette crise qui a duré plus d'un mois

Le PDG d'Arianespace, Stéphane Israël, estime la facture de la grève en Guyane pour l'entreprise "jusqu'à 500 000 euros par jour". 

Stéphane Israël, PDG d\'Arianespace, le 19 avril 2016.
Stéphane Israël, PDG d'Arianespace, le 19 avril 2016. (TOSHIFUMI KITAMURA / AFP)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

La facture est lourde pour Arianespace après plus d'un mois d'un conflit en Guyane. Stéphane Israël, PDG d'Arianespace, a fait le bilan samedi 22 avril sur France Inter en précisant que le mouvement social avait "pu coûter jusqu'à 500 000 euros par jour" à l'entreprise "et à l'ensemble des partenaires de la base". Il a indiqué que les préparatifs de lancement vont reprendre dès lundi.

Le secteur spatial est "une chance pour la Guyane", avec "1 700 emplois directs sur la base". "Cela représente 16% du PIB, 40 % de la masse salariale du secteur privé. En tout, vous avez 9 000 emplois qui sont générés par le spatial", a détaillé le patron d'Arianespace.

franceinfo : Quel est le bilan de ce mois de crise pour Arianespace ? Quelle sera la facture ?

Stéphane Israël : On peut dire que ça a pu coûter jusqu'à 500 000 euros par jour à Arianespace et à l'ensemble des partenaires de la base. C'est une estimation qui doit être affinée. Le conflit a duré un mois, vous pouvez faire vos comptes. Nous allons étudier cela de près, avec un paramètre important, si nous tenons nos 12 lancements d'ici la fin de cette année, le surcoût sera limité, et nous tenons à cet objectif.

Ce qui est très important, c'est de reprendre dès lundi et de faire ces 12 lancements cette année.

Stéphane Israël

à franceinfo

C'est important pour notre équilibre et c'est important pour nos clients. Par ailleurs dans le carnet de commandes, il y a globalement 53 lancements à réaliser, 20 Ariane, 26 Soyouz, 7 Vega et ce mois de conflit n'a pas entraîné de départ des clients.

Pour vous la fin de ce conflit, c'est une très bonne ?

C'est d'abord une très bonne nouvelle pour la Guyane car plus d'un milliard d'euros vont être débloqués, pour construire des ponts, des routes, pour soutenir le budget de la collectivité locale. C'est aussi une bonne nouvelle pour Arianespace. Les barrages vont se lever durant ce week-end, un accord a été passé avec l'ensemble des parties prenantes et naturellement les collectifs.

Les choses vont rentrer dans l'ordre ce weeek-end. Je ne pense pas que cela va recommencer car c'est un accord extrêmement solide.

Stéphane Israël

à franceinfo

Je pense au contraire que la situation va durablement rentrer dans l'ordre. La crise a été importante, mais une fois qu'elle est réglée, vous repartez plus solide et plus fort et c'est vraiment mon pronostic.

L'Espace en Guyane représente 9 000 emplois directs et indirects en Guyane, notamment avec Arianespace. Avez-vous une responsabilité dans la crise que vient de connaître la Guyane ?

L'espace, en effet, c'est une chance pour la Guyane, c'est 1 700 emplois directs sur la base et les gens qui sont salariés sur la base, ils vivent en Guyane. Cela représente 16% du PIB, 40 % de la masse salariale du secteur privé.

En tout, vous avez 9 000 emplois qui sont générés par le spatial.

Stéphane Israël

à franceinfo

Comme toutes les entreprises, nous devons veiller à la qualité de nos relations avec notre environnement, avec les élus qui sont nos partenaires au quotidien, je leur ai écrit il y a quelques jours. Nous pouvons réfléchir avec les 38 grandes entreprises sur la base et des sous-traitants à la façon dont nous pouvons consolider nos liens avec le territoire. Nous faisons déjà des actions socio-éducatives, nous avons des apprentis, des boursiers. Peut-être que tous ensemble pouvons-nous faire davantage dans un contexte tout de même de très forte pression concurrentielle sur Arianespace.

Stéphane Israël : "En tout, vous avez 9 000 emplois qui sont générés par le spatial"
--'--
--'--