DIRECT. François Hollande appelle à la fin des blocages en Guyane

Le collectif de grévistes Pou la Gwiyann dékolé a renoncé, lundi, à la "fermeture totale jusqu'à nouvel ordre des barrages". Mais la population s'impatiente.

Des manifestants protestent aux abords du centre spatial de Kourou (Guyane française), le 4 avril 2017.
Des manifestants protestent aux abords du centre spatial de Kourou (Guyane française), le 4 avril 2017. (JODY AMIET / AFP)
avatar
Vincent MatalonCatherine FournierLouis BoyFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Ce qu'il faut savoir

Le mouvement social s'éternise en Guyane et les Guyanais s'impatientent. Alors que le collectif de grévistes Pou la Gwiyann dékolé a renoncé, lundi 10 avril, à la "fermeture totale jusqu'à nouvel ordre des barrages", le président français est sorti de sa réserve. Dans une lettre aux parlementaires guyanais, François Hollande appelle à la fin des blocages et se dit "prêt" à les recevoir à Paris. 

 La ministre des Outre-Mer appelle à la fin du mouvement. Ericka Bareigts a demandé dimanche au collectif de grévistes de "lever les derniers barrages". "Les enfants doivent pouvoir retourner à l'école dans un environnement apaisé, a-t-elle déclaré depuis Paris. L'économie guyanaise ne peut être ainsi fragilisée plus longtemps."

Des opposants à la poursuite des barrages. Plus de 2 000 internautes avaient rejoint, dimanche, un groupe Facebook intitulé Stop aux barrages en Guyane. "Il n'est pas tolérable de se voir refuser le droit de circuler librement sur le territoire, affirment les signataires d'une pétition en ligne qui a recueilli plus de 1 800 paraphes. Une partie de la Guyane a peur de s'exprimer."

Pas de blocage "total" lundi. Face à ces protestations, le collectif Pou la Gwiyann dékolé est revenu sur sa décision. "On ne peut pas aujourd'hui faire des blocages pour empêcher les piétons, les vélos et les scooters de passer", a reconnu Olivier Goudert, un porte-parole des 500 Frères.

Le live

Suivez le live et réagissez en direct
#GUYANE

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #GUYANE

20h08 : Revenons sur les principales informations de cette soirée :

• La Nouvelle-Calédonie est désormais en alerte 2. Le cyclone Cook s'éloigne, mais les vents d'ouest restent puissants, selon nos collègues de la 1ère.


Selon les informations de Mediapart, confirmées de source proche du dossier à franceinfo, François Fillon a employé sa femme comme chargée de mission à l'Assemblée nationale, de 1982 à 1986. C'est quatre ans plus tôt que ce qu'il avait admis publiquement.

François Hollande a appelé à la fin des blocages, se disant prêt à recevoir "à tout moment à Paris" les parlementaires guyanais pour "construire l'avenir", dans un courrier adressé à ces élus.

Le personnel de la prison de Fleury-Mérogis, en Essonne, compte bloquer l'établissement ce soir, après une rixe qui a blessé 6 gardiens. Ils réclament davantage de moyens et une hausse des effectifs. Franceinfo vous explique les raisons du ras-le-bol des surveillants.

18h00 : Il est 18 heures, voici un nouveau point sur l'actualité :

• La Nouvelle-Calédonie est désormais en alerte 2. Le cyclone Cook s'éloigne mais les vents d'ouest restent puissants, selon nos collègues de la 1ère.

Selon les informations de Mediapart, confirmées de source proche du dossier à franceinfo, François Fillon a employé sa femme comme chargée de mission à l'Assemblée nationale, de 1982 à 1986. C'est quatre ans plus tôt que ce qu'il avait admis publiquement.

François Hollande a appelé à la fin des blocages en Guyane, se disant prêt à recevoir "à tout moment à Paris" les parlementaires guyanais pour "construire l'avenir de la Guyane", dans un courrier adressé à ces élus.

• Le personnel de la prison de Fleury-Mérogis, en Essonne, compte bloquer l'établissement à partir de 19h30, aujourd'hui, après une rixe qui a blessé 6 gardiens. Ils réclament davantage de moyens et une hausse des effectifs. Franceinfo vous explique les raisons du ras-le-bol des surveillants.

14h00 : Il est 14 heures. Voici un nouveau point sur l'actualité :

François Hollande a appelé à la fin des blocages en Guyane, se disant prêt à recevoir "à tout moment à Paris" les parlementaires guyanais pour "construire l'avenir de la Guyane", dans un courrier adressé à ces élus.

Le puissant cyclone qui balaie la Nouvelle-Calédonie a fait quatre blessés légers au moins, selon un premier bilan des autorités, rapporté par nos confrères de Nouvelle-Calédonie 1ère. 20 000 foyers sont par ailleurs privés d'électricité en majorité sur la côte-est, selon le réseau de distribution local Enercal.

A midi, la Suède a observé une minute de silence pour les victimes de l'attentat au camion bélier qui a fait 4 morts à Stockholm, vendredi.

• Le coup d'envoi de la campagne officielle a été donné ce matin ! Affichage, temps de parole, clips de campagne... Nous vous expliquons tout ce qui change dans un article.

13h55 : "L'économie guyanaise ne doit pas être fragilisée plus longtemps."

Le chef de l'Etat a appelé à la fin des blocages en Guyane, se disant prêt à recevoir "à tout moment à Paris" les parlementaires guyanais pour "construire l'avenir de la Guyane", dans un courrier adressé à ces élus.

13h36 : François Hollande appelle à la fin des blocages, dans une lettre aux parlementaires guyanais.

12h45 : Le mouvement social s'éternise et alimente divisions et inquiétudes. Le Conseil des ministres a validé une aide d'urgence de plus d'un milliard d'euros à destination de la Guyane. Mais le collectif Pou La Gwiyann dékolé réclame 2,1 milliards. Franceinfo vous résume la situation dans cet article.

11h56 : Voilà trois semaines que la Guyane connaît un vaste mouvement social. La situation semble bloquée et certains Guyanais commencent à s'impatienter. Le collectif Pou La Gwiyann dékolé l'a d'ailleurs appris à ses dépens. Après avoir prévu de bloquer totalement les routes du département, il a finalement autorisé le passage des piétons et des personnes circulant en deux-roues. Nous vous l'expliquons dans un article.



(JODY AMIET / AFP)

07h18 : Alors que le blocage "total" de la Guyane doit finalement être assoupli par les grévistes, la ministre des Outre-mer a appelé hier depuis Paris à la reprise des discussions. Nos confrères de La 1ère ont relayé ses propos.

07h24 : Débutons cette journée avec un point sur l'actualité de la nuit :

• A trois semaines d'accueillir le pape François, l'Egypte est entrée sous le régime d'état d'urgence après les deux attentats à la bombe revendiqués hier par le groupe Etat islamique. Au moins 44 personnes sont mortes dans ces attaques, qui ont visé des églises coptes.

• Journée de blocage "total" en Guyane, alors que débute la troisième semaine de mouvement social dans le département. Cette mesure, annoncée par le collectif Pou La Gwiyann dékolé, est très critiquée au sein de la population.

• C'est aujourd'hui que débute la campagne électorale officielle. Côté sondages, Jean-Luc Mélenchon continue sa percée. Pour la première fois, une étude le place en troisième position avec 18% des intentions de vote, devant François Fillon (17%).


• Le PSG reste dans la course au titre. Le club parisien s'est imposé facilement hier contre Guingamp (4-0), grâce à un doublé de Cavani. Les Parisiens reviennent à trois points de Monaco.