Les coprésidents du groupe EELV à l'Assemblée nationale, François de Rugy et Barbara Pompili, le 11 septembre 2013, au palais Bourbon.
Les coprésidents du groupe EELV à l'Assemblée nationale, François de Rugy et Barbara Pompili, le 11 septembre 2013, au palais Bourbon. (MAXPPP)

Début septembre, les écologistes affirmaient que le budget 2014 n'était "pas votable en l'état". Un mois plus tard, ils ont changé d'avis. "Même si nous avons des réserves, et que nous les exprimerons, nous voterons ce budget sans difficultés", annonce à francetv info la députée EELV Eva Sas, lundi 14 octobre, alors que l'examen du texte en séance débute mardi à l'Assemblée nationale.

Vice-présidente de la commission des Finances, Eva Sas souligne que les écologistes ont "obtenu des avancées significatives" dans les discussions qui précèdent l'examen en séance : la TVA pour les travaux de rénovation thermique sera abaissée, celle sur les engrais sera augmentée, et une taxe carbone sera mise en place. "Tout n'est pas satisfaisant – sur le budget global de l'écologie, ou sur les investissements en matière d'énergies renouvelables, par exemple –, mais nous avons obtenu des avancées significatives", fait valoir Eva Sas.

Noël Mamère évoque "des avancées à la marge"

Un avis que ne partage pas son collègue Noël Mamère, qui a quitté Europe Ecologie en septembre, mais siège toujours au sein du groupe EELV. "Ce sont des avancées à la marge, déplore le député de Gironde, contacté par francetv info. Comme je l'ai annoncé le mois dernier, je voterai contre ce budget, qui repose sur des engagements qui ne seront pas tenus." 

Et Noël Mamère de s'étonner que ses collègues annoncent leur soutien au budget 2014 avant même le début de son examen au Parlement. "Et le jour où le gouvernement annonce un allongement de la durée de vie des centrales nucléaires, qui plus est !, s'agace-t-il. Il s'agit d'une schyzophrénie assassine pour l'écologie..."