Hérault : un hôtel de ville à vendre pour protester contre le gouvernement

À Frontignan, dans l'Hérault, le maire de la ville a accroché une banderole "à vendre" sur l'hôtel de ville pour protester contre les coupes budgétaires du gouvernement.

Voir la vidéo
France 3
avatar
France 3France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Une banderole "à vendre" sur le fronton de l'hôtel de ville accompagné d'un nom d'agence immobilière plein d'humour : Jupiter et fils. Allusion au surnom prêté à Emmanuel Macron. Une école et le cinéma également mis en vente, l'opération originale du maire de Frontignan (Hérault) a surpris ses administrés. Une initiative symbolique, pour protester contre les coupes budgétaires annoncées par l'État.

2.5 millions par bâtiment

Une annonce a même été publiée sur un site internet : 2.5 millions d'euros par bâtiment. Selon le maire PS, c'est le manque à gagner pour la municipalité dans les cinq années à venir. Il dénonce un pouvoir éloigné des réalités locales. Le maire s'inquiète également de la diminution des emplois aidés, d'où ce coup d'éclat qui a beaucoup fait parler. Les annonces ont déjà été retirées du site de vente en ligne.

Le JT
Les autres sujets du JT
À Frontignan, dans l\'Hérault, le maire de la ville a accroché une banderole \"à vendre\" sur l\'hôtel de ville pour protester contre les coupes budgétaires du gouvernement.
À Frontignan, dans l'Hérault, le maire de la ville a accroché une banderole "à vendre" sur l'hôtel de ville pour protester contre les coupes budgétaires du gouvernement. (FRANCE 3)