Pourquoi les Bourses démarrent l'année dans le vert

Les Bourses mondiales ont le sourire ce mercredi. Certains analystes y voient l'effet de l'accord budgétaire adopté aux Etats-Unis, tandis que d'autres évoquent le traditionnel "effet janvier".

Des traders philippins saluent l\'ouverture du Philippine Stock Exchange, le 2 janvier 2013 à Manille (Philippines).
Des traders philippins saluent l'ouverture du Philippine Stock Exchange, le 2 janvier 2013 à Manille (Philippines). (JAY DIRECTO / AFP)
avatar
franceinfo avec AFP et ReutersFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Les Bourses mondiales ont commencé l'année 2013 sur les chapeaux de roue, mercredi 2 janvier. Vers 15 heures, Paris s'octroyait 2,15%, évoluant à ses plus hauts niveaux depuis juillet 2011, Londres gagnait 2,35%, Francfort prenait 2,09%, Milan 3,47% et Madrid 2,99%. Francetv info revient sur deux motifs avancés pour expliquer ce bon démarrage des marchés.

L'accord budgétaire aux Etats-Unis

"Il s'agit pour les marchés d'un soulagement", soulignent les analystes chez Saxo Banque. Les Bourses saluent l'accord de dernière minute trouvé aux Etats-Unis qui permet au pays d'éviter le "mur budgétaire". Le Congrès américain a adopté mardi soir une loi évitant aux Etats-Unis la cure d'austérité radicale dont la perspective effrayait les marchés. Ces derniers "ont réagi en conséquence, les titres asiatiques s'affichant en forte hausse et les marchés européens réalisant des gains importants dans les premiers échanges du premier jour de cotation de 2013 alors que les marchés américains devraient réagir de la même manière", a souligné le courtier de ETX Capital Joe Rundle.

Le traditionnel "effet janvier"

A Paris, la forte progression de l'indice CAC 40 tend aussi à confirmer l'adage boursier selon lequel le mois de janvier est traditionnellement positif pour les marchés d'actions. Sur les dix dernières années, l'indice parisien n'a connu qu'une seule baisse lors de sa première séance annuelle, en 2008 (-1,14% le 2 janvier de cette année-là). Depuis 2009, le CAC 40 a même systématiquement entamé l'année avec de fortes progressions allant de 2% à plus de 4%.

Selon un adage bien connu dans les salles de marché sous le nom d'"effet janvier", le premier mois (et pas seulement jour) de l'année est bien souvent positif pour les indices boursiers, notamment en France. "Les investisseurs qui ont vendu leurs positions en décembre pour enregistrer les profits et compenser les pertes reviennent sur le marché, créant une vague de pressions acheteuses", explique David Jones, stratégiste chez IG Markets. En 2011 et 2012, le CAC 40 n'a pas fait exception à la règle avec des progressions respectives de 4,39% et de 5,28% sur le mois de janvier.