Une nouvelle plateforme bitcoin contrainte de fermer après un piratage

La plateforme Flexcoin "n'a pas les ressources et les actifs pour se remettre de cette perte". Elle a vraisemblablement été piratée dimanche.

La plateforme Flexcoin \"n\'a pas les ressources et les actifs pour se remettre de cette perte\". Elle a vraisemblablement été piratée, dimanche 2 mars.
La plateforme Flexcoin "n'a pas les ressources et les actifs pour se remettre de cette perte". Elle a vraisemblablement été piratée, dimanche 2 mars. (JENS KALAENE / ZB)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

"Flexcoin n'a pas les ressources et les actifs pour se remettre de cette perte. Nous fermons nos portes immédiatement." Une nouvelle plateforme d'échange de bitcoins a dû cesser ses activités après avoir été victime d'un piratage informatique qui l'a privée d'un demi-million de dollars d'actifs. Sur son site internet, la société Flexcoin indique, mardi 4 mars, avoir été "attaquée et volée" dimanche. Elle précise que 896 bitcoins, soit environ 580 000 dollars (422 000 euros) au taux en vigueur mardi, lui ont été alors dérobés.

Cette annonce intervient trois semaines après la fermeture de MtGox, une des plus anciennes et importantes bourses d'échange de bitcoin, qui a plongé la monnaie virtuelle dans la plus grave crise de sa jeune histoire et renforcé les doutes sur sa fiabilité. Les pertes essuyées par Flexcoin sont toutefois sans commune mesure avec celles de MtGox qui a vu environ 425 millions de dollars (310 millions d'euros) s'envoler en fumée, en raison soit d'un piratage soit d'une fraude interne à l'entreprise. 

La société Flexcoin, qui affirme être enregistrée au Canada, n'indique pas combien de bitcoins elle gérait. Elle assure toutefois que l'ensemble de ses bitcoins ne lui ont pas été dérobés et précise qu'elle ne saurait être considérée comme une banque dont les dépôts seraient garantis par les autorités financières. Elle assure également qu'elle "tentera de collaborer" avec les forces de l'ordre pour identifier la source de l'attaque dont elle a été victime.