Le bitcoin, notre future monnaie ?

EXPLIQUEZ-MOI | Si les mots se transforment en actes, c'est la première enseigne de renom qui acceptera les bitcoins en France. Monoprix a annoncé la semaine dernière dans une interview au Journal du Net que les consommateurs allaient pouvoir payer en bitcoin sur son site Internet d'ici la fin de l'année. Le bitcoin est-il en train de devenir une vraie monnaie ?

(Andy Clark Reuters)
avatar
Isabelle RaymondRadio France

Mis à jour le
publié le

Le bitcoin est avant tout une innovation technologique, surtout utilisée pour l'instant comme monnaie électronique. Une monnaie virtuelle donc mais qui a une valeur et un cours. Pour acheter des bitcoins il suffit d'aller sur une plateforme qui transfère vos euros en bitcoins. En ce moment un bitcoin vaut à peu près 330 euros.

Pour l'instant, ce sont surtout les sites de ventes en ligne essentiellement américains qui les acceptent. Mais il y aussi quelques établissements en France où on peut payer en bitcoins. C'est le cas d'un bar qui se trouve dans le quartier du Sentier à Paris. Son patron Sofiane Bouhaddy est presque étonné du nombre de gens qui en possèdent. Il n'y a pas que des geeks comme on dit, des adeptes des nouvelles techonologies, mais aussi monsieur et madame tout le monde.

Et finalement ce n'est pas si surprenant, dit-il, vu la valeur prise par le bitcoin depuis sa création en 2009 : "En décembre dernier le bitcoin était à mille euros. Alors qu'il a commencé à 6-8 euros. Une bière ici, elle coûte 0,01 mlbitcoin. On adapte le prix en fonction du cours du bitcoin. Mais c'est normal, c'est parce que le prix ici ne change pas. Une bière c'est 6 euros, un whisky c'est 10 euros. C'est chouette parce que j'encaisse des bitcoins qui ne sont pas très chers. Si le cours évolue, j'aurais peut-être un peu gagné d'argent à la fin ".
Mais comme pour l'instant, le bitcoin n'a pas d'existence légale et fiscale, ce patron de bar note ces encaissements comme s'ils avaient été fait en euros et en espèces.

A quoi ça sert de payer en bitcoins ?

Ses adeptes disent que c'est beaucoup plus sécurisé qu'une carte bancaire, les transactions y sont rapides, anonymes. Beaucoup voient aussi le bitcoins comme un investissement d'avenir. D'ailleurs un certain nombre d'entrepreneurs s'y intéressent aujourd'hui. Mais ils se posent beaucoup de question selon Thomas France. Avec un associé, ce jeune homme de 29 ans va ouvrir le mois prochain toujours dans le quartier du Sentier un local de 100 m2 qu'il finance sur ses fonds propres : la maison du bitcoin.

"On espère que le bitcoin comme monnaie est une révolution technologique au même titre qu'Internet ou le téléphone mobile en leur temps. On a pas mal d'entrepreneurs qui veulent se lancer mais c'est plus compliqué qu'un projet classique dans le web puisqu'on se heurte vite à des questions légales et fiscales ", explique Thomas France.

Le bitcoin est-il légal ?

En France, le bitcoin n'a pour l'instant aucune existence légale ni fiscale. Pierre Noizat lui est l'un des fondateurs d'une des plus grosse plateforme françaises consacrées au bitcoins. Il se pose une question toute bête en ce moment, celle de savoir comment il va remplir sa déclaration de revenus : "Dans ma déclaration, j'ajouterai sans doute une ligne par rapport à des transactions bitcoin mais je le fais dans le flou et sans savoir ce qu'en pense l'administration fiscale ".

Avec les banques, c'est encore plus compliqué. Ainsi celle avec laquelle traite d'habitude l'homme d'affaires Philippe Rodriguez, a refusé d'héberger un compte bancaire pour l'association dont il est le président Bitcoin France. Et ce n'est pas le seul à raconter ce genre de péripétie.

Les banques voient l'expansion du bitcoin d'un très mauvais oeil. Il est temps que l'état français se positionne selon Philippe Rodriguez : "On n'a pas de position claire de la part du gouvernement français comme ça a été le cas par exemple en Allemagne, en Angleterre et récemment aux Etats-Unis. Cela pénalise l'émergence des entrepeneurs car ils ne savent pas à quelle sauce ils vont être mangés "

Pour l'instant, un seul pays a interdit le bitcoin : la Russie. De leur côté, l'Allemagne et les Etats-unis ont prévu d'en taxer les bénéfices, mais pas de la même manière.

A lire aussi ►►► Bitcoin : la convoitise des cybercriminels... et des Etats