La dirigeante d'une plateforme d'échange Bitcoin retrouvée morte à Singapour

Une mort qualifiée de "non naturelle" par la police, qui exclut cependant l'hypothèse d'un meurtre. 

L\'immeuble dans lequel le corps d\'Autumn Radtke, patronne de First Meta, a été retrouvé le 26 février 2014 à Singapour. 
L'immeuble dans lequel le corps d'Autumn Radtke, patronne de First Meta, a été retrouvé le 26 février 2014 à Singapour.  (REUTERS)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

La jeune dirigeante d'une plateforme d'échange de bitcoins, la monnaie virtuelle, a été retrouvée morte fin février à Singapour. Jeudi 6 mars, la police a qualifié sa mort de "non naturelle" tout en excluant l'hypothèse d'un meurtre.

Le corps d'Autumn Radtke, dirigeante de la plateforme First Meta, basée à Singapour, a été retrouvé le 26 février dans la tour où elle résidait. "Lorsque la police est arrivée, elle a trouvé une femme âgée d'une vingtaine d'années gisant sur le sol", ont indiqué les autorités. "La police enquête sur cette mort non naturelle" mais "l'enquête préliminaire montre qu'il n'y a rien de suspect", précise le communiqué. Le décès d'Autumn Radtke a d'abord été relayé dans le milieu des start-up technologiques. L'hypothèse d'un suicide a été évoquée.

Fin février, une autre plateforme, Mt Gox, domiciliée au Japon, s'est placée sous la protection de la loi sur les faillites, évoquant la perte d'un demi-milliard de dollars en monnaie virtuelle qui pourrait lui avoir été volé. Flexcoin, une autre plateforme, enregistrée au Canada, a indiqué cette semaine devoir cesser ses activités après un piratage informatique qui l'a privée d'un demi-million de dollars d'actifs.