La fin des voitures à essence d'ici 2030 est "une trajectoire crédible et soutenable", estime la mairie de Paris

Christophe Najdovski, maire-adjoint de Paris chargé des transports et de l’espace public, est revenu sur franceinfo jeudi sur l'objectif de la ville d'interdire les voitures à essence en 2030.

Voir la vidéo
FRANCEINFO / RADIO FRANCE
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Christophe Najdovski, maire-adjoint de Paris chargé des transports et de l’espace public, a confirmé jeudi 12 octobre sur franceinfo la volonté de la mairie de Paris d'interdire les voitures à essence dans la capitale en 2030, soit 10 ans plutôt que ce que prévoit le plan climat du gouvernement . "Nous avons planifié cette sortie des véhicules thermiques et des énergies fossiles" parce que "le temps presse, tout simplement", a-t-il expliqué. 

Franceinfo a révélé jeudi que la mairie de Paris voulait aller plus loin dans sa volonté de limiter la place des voitures polluantes dans la capitale. La ville veut interdire les voitures à essence dans la capitale en 2030, après avoir déjà annoncé la fin des voitures diesel en 2024. Des mesures dans le cadre du plan climat de la ville.

Interdire "les moteurs thermiques, pas les voitures"

"Il ne s'agit pas de la voiture, mais de la transition energétique, nuance Christophe Najdovski. Et il s'agit de l'interdiction des moteurs thermiques, pas des voitures."  Cette prudence est partagée dans le communiqué de la Ville de Paris, diffusé jeudi : "Cet objectif n'est en aucun cas formulé comme une 'interdiction' à horizon 2030, mais bien comme une trajectoire qui semble à la fois crédible et soutenable."

Le communiqué de presse de la ville de Paris précise : "Dans le cadre de l'élaboration de son nouveau plan climat air énergie territorial, la Ville de Paris va donc inscrire un objectif de fin du diesel sur son territoire en 2024 et de l'essence en 2030. Ce cap tient compte de façon pragmatique de l'évolution de plus en plus rapide du secteur des transports ces dernières années."

"On ne peut pas attendre"

"Le secteur des transports est l'un des principaux secteurs émissif en termes de gaz à effet de serre et dans le cadre de l'élaboration du plan climat, nous avons planifié cette sortie des véhicules thermiques, a poursuivi Christophe Najdovsk. L'Inde a annoncé la fin des véhicules thermiques à l'horizon 2030, la ville d'Oslo interdit les véhicules dans son centre ville... On vit une révolution en termes de mobilité et sur la question du climat, on ne peut pas attendre."

Douze ans est un horizon, selon lui, réaliste car l'industrie automobile suit le mouvement de la transition énergétique : "Nous essayons d'anticiper cette évolution. C'est tout à fait faisable. Un certain nombre de constructeurs automobiles ont annoncé la fin du diesel et se tournent résolument vers des motorisations électriques."

Christophe Najdovski, maire-adjoint de Paris chargé des transports et de l’espace public.
Christophe Najdovski, maire-adjoint de Paris chargé des transports et de l’espace public. (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)