Michel Aubier, le pneumologue qui minimise les effets du diesel sur la santé, roule pour Total

Le médecin participe régulièrement à des débats télévisés pour affirmer que le diesel n'a pas d'effet prouvé sur la santé. Son autre activité, chez la compagnie pétrolière, a été révélée par "le Canard enchaîné". 

Le pneumologue Michel Aubier dans l'émission "Allô docteurs", le 1er mars 2016, sur France 5. 
Le pneumologue Michel Aubier dans l'émission "Allô docteurs", le 1er mars 2016, sur France 5.  (FRANCE 5)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Pour Michel Aubier, professeur et chef du service pneumologie à l'hôpital Bichat à Paris, le diesel n'a vraisemblablement pas d'effet sur la santé. Or, dans son édition du mercredi 16 mars, Le Canard enchaîné révèle que Michel Aubier exerce depuis vingt ans une activité de "médecin-conseil" au sein du groupe pétrolier Total. Depuis 2009, il siège même au conseil d'administration de la Fondation Total.

Un collectif de médecins s'insurge

Régulièrement invité par les médias pour débattre des effets des particules fines (rejetées notamment par les moteurs diesel) sur l'organisme, le professeur Aubier n'a de cesse d'affirmer que le diesel ne crée pas de cancer des poumons. Dernier exemple avec l'émission "Allô docteurs", sur France 5. "Je ne pense pas, et la plupart des experts sont d’accord, que le fait d’être exposé à une pollution ambiante, dans des villes comme Paris, prédispose au cancer du poumon, sauf si on a un autre facteur favorisant, comme le tabagisme, expliquait-il sur le plateau, le 1er mars 2016 (à partir de 2 min 20 sur la vidéo).

Contrairement à ce qu'affirme Michel Aubier, tous les experts ne sont visiblement pas d'accord. Florence Trébuchon, allergologue, Thomas Bourdrel, radiologue, membre du collectif Strasbourg respire, et Pierre Souvet, cardiologue et président de l’Association santé environnement France, ont ainsi publié un mardi un communiqué pour contester les propos du professeur Aubier. 

"Je tiens le même discours depuis que j’ai commencé à travailler sur la pollution"

Y a-t-il conflit d'intérêts entre les différentes activités du pneumologue ? Contacté par Libération, il persiste : "Je tiens le même discours depuis que j’ai commencé à travailler sur la pollution de l’air en 1995 (...). Oui, le diesel est cancérigène, mais si risque il y a, il n’est pas encore totalement démontré."

De son côté, le groupe pétrolier affirme au journal que le pneumologue "ne perçoit pas de rémunération directe ou indirecte au titre de ses activités" pour la Fondation Total. Il est en revanche "médecin-conseil de Total et perçoit une rémunération au titre de cette activité. Sa mission est double : suivi de la santé des dirigeants du groupe et conseil au groupe sur les enjeux sanitaires et la santé au travail, auprès de la direction des Ressources humaines".