Renault : Carlos Ghosn prêt à faire un geste sur son salaire

Renault confirme que son patron a proposé une réduction de 30% de sa rémunération variable, si un accord sur la compétitivité est trouvé. 

Carlos Ghosn, le 29 janvier 2013 à Bochum (Allemagne).
Carlos Ghosn, le 29 janvier 2013 à Bochum (Allemagne). (PATRIK STOLLARZ / AFP)

Mis à jour le , publié le

Le patron de Renault, Carlos Ghosn, est prêt à faire un geste pour obtenir un accord, a annoncé jeudi 14 février l'entreprise, confirmant une information des Echos. Alors que syndicats et direction de Renault sont dans la dernière ligne droite des négociations sur la compétitivité des usines françaises, le PDG du constructeur français a proposé "le report de 30% de sa part variable de l'année 2012 au 31 décembre 2016" contre la signature et la mise en œuvre d'un accord. En 2011, la part variable de son salaire était de 1,59 million d'euros, et la part fixe de 1,23 million. 

2,23 millions d'euros de salaire en 2012

Le versement de cette somme n'interviendrait qu'en 2016, à condition que l'accord, en cours de négociations, soit validé par les syndicats, puis appliqué, et que certains indicateurs, notamment les volumes de production promis par la direction, soient respectés. Carlos Ghosn reste assuré de percevoir 2,23 millions d'euros (fixe + variable) pour 2012, précisent Les Echos sans citer leurs sources. Le quotidien économique rappelle également que l'homme perçoit une rémunération proche de 10 millions chez Nissan, dont il est aussi le PDG.

La direction égrène depuis des semaines ses propositions pour gagner en compétitivité dans ses sites français. Elle prévoit notamment la suppression de 8 260 postes d'ici à la fin 2016, une harmonisation du temps de travail et un gel des salaires pour 2013. Le constructeur s'est en revanche engagé à affecter à ses usines françaises la production de 80 000 véhicules supplémentaires par an pour ses partenaires Nissan ou Daimler si les syndicats signent l'accord de compétitivité qu'il leur propose.