Automobile : les salariés de PSA sont attentifs au rachat d'Opel

En rachetant la marque allemande Opel, le groupe français PSA espère agrandir son marché à toute l'Europe. À l'usine de Sochaux (Doubs), les salariés espèrent que cela n'aura pas de conséquence pour eux.

Voir la vidéo
FRANCE 3
avatar
France 3France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Sochaux (Doubs), c'est la ville historique du lion de Peugeot dont l'appétit grandit. Des véhicules Opel sont déjà produits ici dans l'usine de PSA. Alors pour les salariés, le rachat de la marque allemande est une opportunité. "S'ils reprennent le marché, il y aura du travail en plus pour les intérimaires, pour les embauchés, pour tout le monde", s'enthousiasme un homme. Produire plus et grossir, une nécessité selon Force ouvrière car PSA vend trois fois moins de véhicules que Renault.

Une période noire

Des ambitions qui tranchent avec l'état catastrophique du groupe, il y a seulement trois ans. Cette période noire, Jérôme Boussard ne l'a pas oubliée. "Aujourd'hui, on est à moins de 8 000 salariés alors qu'il y a trois ans, on était 10 000. C'est de la colère, de la rage", souligne le secrétaire CGT qui estime que le rachat d'Opel est une hérésie et surtout un risque pour l'emploi en raison des doublons.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le site de PSA de Vélizy-Villacoublay (Yvelines), perquisitionné par la répression des fraudes jeudi 21 avril 2015.
Le site de PSA de Vélizy-Villacoublay (Yvelines), perquisitionné par la répression des fraudes jeudi 21 avril 2015. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)