Les artisans en colère contre les auto-entrepreneurs

Pour booster la création d'entreprises, le gouvernement veut alléger le régime fiscal pour ceux qui se lancent seuls. Une concurrence déloyale aux yeux des patrons de PME.

Voir la vidéo
FRANCE 3

Mis à jour le , publié le

Sur les toits de Paris, les couvreurs se font discrets. Ils ont même un sifflement distinctif pour se reconnaître entre professionnels, comme une fierté du métier. Alors quand le gouvernement propose d'aider les chômeurs à créer leur entreprise, comme si chacun pouvait s'improviser artisan, ils ne l'entendent pas de cette oreille. Pour Pascal Liébus, président de la Capeb, "c'est un contre sens. Comment peut-on avoir un discours qui est de dire 'il faut amener des jeunes au métier', en essayant en même temps de créer des sous-entreprises, donc des sous-catégories ?"

Un secteur en demande d'apprentis

D'après Thibaut, 20 ans de métier, il faut une dizaine d'années pour apprendre les bons gestes. Mais encore faut-il en avoir la possibilité. Il se souvient que quand il était jeune collégien, ses professeurs lui avaient mis des bâtons dans les roues, lui conseillant un cursus plus classique. Paradoxalement, le travail ne manque pas dans le secteur, mais le bâtiment a davantage besoin d'apprentis que d'auto-entrepreneurs.

Le JT
Les autres sujets du JT