Des retards dans six aéroports français à cause d'une grève des contrôleurs aériens

Le mouvement, "particulièrement suivi" à Orly, vise à protester contre la réduction des effectifs.

Des voyageurs patientent à l'aéroport d'Orly (Val-de-Marne), le 22 septembre 2014.
Des voyageurs patientent à l'aéroport d'Orly (Val-de-Marne), le 22 septembre 2014. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Les contrôleurs aériens ont entamé une grève, dimanche 20 mars, dont les conséquences se font un peu sentir pour les voyageurs. Des retards de 20 à 40 minutes ont été constatés dans six aéroports français. Le mouvement, qui doit se poursuivre lundi, vise à protester contre la réduction des effectifs.

50% des vols annulés à Orly

A Roissy, 40% des vols sont partis en retard, de vingt minutes en moyenne. Dans l'autre aéroport parisien, celui d'Orly, 50% des vols ont été annulés, principalement des vols nationaux. "Les vols vers l'Outremer sont maintenus, mais accusent des retards de 3 à 4 heures", a expliqué une source aéroportuaire à l'AFP. Face à l'affluence de passagers bloqués, Air France a demandé à ses clients de ne pas se rendre à Orly en cas d'annulation de leur vol.

Dimanche matin, l'aéroport de Marseille était le plus touché, avec 40 minutes de retard en moyenne, contre une demi-heure au départ de Toulouse, Bordeaux et 20 minutes à Lyon.

La Direction générale de l'aviation civile a demandé aux compagnies aériennes de réduire de 20% leur programme de vols à Orly, Marseille, Lyon, mais aussi Beauvais et Nice pour la durée de la grève. Dimanche, elle a demandé à ce que ces programmes soient réduits de 50% supplémentaires à Orly, où le mouvement est "fortement suivi".

Les grévistes répondent à l'appel de l'Unsa, troisième syndicat chez les aiguilleurs. Ce dernier proteste contre "la décision d'accélérer la baisse des effectifs" en 2016 en augmentant le taux de départs non-remplacés, une politique jugée "en totale déconnexion avec les besoins opérationnels des centres de contrôle".