Rougeurs, démangeaisons, brûlures… Les coups de soleil peuvent gâcher l'été des vacanciers imprudents. Mais tout cela sera peut-être bientôt de l'histoire ancienne : des chercheurs américains ont en effet découvert la molécule à l'origine de ces désagréments.

Lorsque la peau est agressée par les rayons UV, cette molécule (qui répond au doux nom de TRPV4) ouvre des canaux situés sous l'épiderme. Ceux-ci diffusent une protéine qui rend la peau rouge, douloureuse, et brûlée. 

Les scientifiques ont remarqué que les rats nés sans cette molécule souffraient beaucoup moins de coups de soleil que les autres. Ils tentent désormais d'isoler cette molécule pour la bloquer, et éventuellement intégrer cette technologie dans une crème solaire. Ce qui ne manque pas d'inquiéter certains dermatologues.

Les coups de soleil accélèrent le vieillissement de la peau et augmentent le risque de cancer.
Les coups de soleil accélèrent le vieillissement de la peau et augmentent le risque de cancer. (JOEL CARILLET / E+ / GETTY IMAGES)