Cinq techniques des pickpockets pour voler les touristes

En période de vacances, les vols sont plus nombreux. Pour s'en prémunir, il est toujours bon d'être au fait des parades utilisés par les pickpockets.

En période de vacances, les vols sont plus nombreux.
En période de vacances, les vols sont plus nombreux. (FREDERIK SKOLD / GETTY IMAGES)

Mis à jour le , publié le

Portefeuilles bien remplis, appareils photos haut de gamme et joujous high-tech sont de sortie : bienvenue aux touristes en vacances à Paris. Pour les pickpockets, c’est le jackpot. Les vols de touristes ont pris tellement d’ampleur qu’en juin 2013, la préfecture de police de Paris a mis en place des mesures pour renforcer la sécurité des visiteurs. Un guide pratique a même été réalisé pour signaler aux touristes les imprudences à éviter. Mais quoi de mieux pour échapper aux voleurs que savoir à quoi s’attendre ? Francetv info a dressé la liste des cinq techniques les plus employées par les pickpockets à Paris. 

1La plus classique : le collé-serré dans la foule

"J'ai senti quelqu'un qui me collait un peu dans le RER, alors je me suis dégagée, pensant juste que le monsieur était en manque d'affection. Et quelques minutes plus tard, je me suis rendue compte que mon téléphone n'était plus là." Cette technique, racontée par une Parisienne, est la plus connue mais aussi la plus répandue. Vous êtes dans une foule, tout le monde se pousse et vous ne remarquez pas la main qui se glisse discrètement dans votre sac ou votre poche.

Sa variante est le collé-serré au portique. Moins connue, mais plus difficile à détecter, cette technique est rapportée sur le site Tripadvisor (en anglais). Le voleur vous fait les poches juste au moment où vous poussez la barrière du métro. Une fois de l’autre côté, bon courage pour rattraper le pickpocket qui lui s’est bien gardé de franchir le portique.

Comment s’en protéger ? Bien fermer son sac, éviter de mettre des choses dans ses poches et fuir les gens trop collants.

2La plus rageante : le coup du signal sonore

Toujours dans le métro. Au moment où le signal sonore annonçant la fermeture des portes retentit, le pickpocket passe à l’action. Il vous vole puis ressort vite de la rame. Le temps que vous réalisiez, les portes se sont déjà fermées et le train démarre. Le voleur, resté sur le quai, vous regarde partir avec satisfaction.

Comment s’en protéger ? Eviter de se mettre trop près des portes dans le métro, surtout en période d’affluence. Ne pas poser son sac par terre.

3La plus déclinée : détourner votre attention

Votre ennemi n’attend qu’une chose, que vous arrêtiez de penser, ne serait-ce que trente secondes, à vos affaires. Pour ce faire, les techniques sont multiples. La plus spectaculaire consiste à simuler une bagarre ou à crier "Au voleur !" Un complice profite alors de votre distraction pour vous faire les poches.

Une autre technique, plus cynique, consiste à abuser de votre gentillesse. Par exemple, une personne fait tomber quelque chose, et pendant que vous la lui ramassez gentiment, une autre vous prend vos affaires. On peut aussi profiter de votre bonté en vous demandant de situer une rue sur un plan ou de signer une pétition.

Comment s’en protéger ? Quand vous êtes sollicité, commencez par vérifier que vos affaires sont près de vous.

4 La plus sale : le coup de la tache

Boisson, glace, ketchup… Peu importent les ingrédients, la recette est toujours la même. Elle demande toutefois un peu d’habileté. Après avoir taché malencontreusement votre tenue, le pickpocket (il s’agit souvent d’une femme quand la victime est un homme, et inversement, selon le site anglophone The Local), s’empresse de vouloir réparer les dégâts. Tandis qu'elle prétend vous nettoyer, un complice en profite pour vous délester de ce qui traîne dans vos poches.

Comment s’en protéger ? Quand on vous tache, refusez le contact et vérifiez que vous n'êtes pas approché par une seconde personne.

5La plus spectaculaire : les faux policiers

Les touristes asiatiques, habitués à transporter beaucoup d'argent liquide sur eux, sont la cible prioritaire de cette parade. Des prétendus policiers en civil (bien souvent, le déguisement se résume à une fausse carte ou un bandeau "sécurité" sur l’épaule), les interpellent dans la rue avec un discours qui ressemble à ceci : "Bonjour, excusez-nous de vous déranger, mais vous venez de sortir d'un magasin qui a l'habitude de rendre la monnaie avec de faux billets. Est-ce qu'on peut voir votre argent ?" Le touriste sort alors sa liasse, et dans un tour de passe-passe très rapide, le pickpocket lui substitue la moitié de son argent sans qu’il s’en aperçoive. 

6Bonus : l’arnaque de la bague

Il ne s’agit pas d’une technique de vol, mais plutôt d’une arnaque très répandue dans la capitale, particulièrement du côté du jardin des Tuileries. Vous vous promenez tranquillement, quand une femme (ou un homme) vous lance : "Oh ! C’est à vous, ça ?" Dans sa main, une bague (a priori) en or. S’ensuit une discussion où elle vous explique que sa religion l’empêche de porter des bijoux, mais que vous, vous devriez prendre cette bague qui semble valoir "très, très cher". Si vous acceptez, elle insiste alors pour que vous lui donniez un peu d'argent en contrepartie. Une somme dérisoire par rapport au prix d'un bijou. Sauf que la bague, évidemment, est en toc.