NWA 7034 n'est pas une météorite comme les autres. Cette roche martienne, découverte récemment en Afrique du nord, diffère de toutes celles trouvées jusqu'alors par sa richesse en eau et sa similitude des roches analysées par les sondes de la NASA sur Mars, selon une étude publiée jeudi 3 janvier.

"NWA (Northwest Africa) 7034, est différente de toutes les autres alors que sa composition chimique correspond à la formation du sol de Mars et à des interactions avec l'atmosphère de la planète rouge",  explique Carl Agee, de l'Université du Nouveau Mexique (sud-ouest), un des principaux co-auteurs de cette recherche parue dans la revue Science. La roche basaltique qui la compose, ressemble à celle de "la croûte martienne ou de la partie supérieure du manteau de Mars", ajoute-t-il.

D'autres surprises ?

Selon ce scientifique, l'abondance de molécules d'eau dans cette météorite (dix fois plus que dans les autres météorites martiennes connues) fait penser qu'elle se trouvait sur la surface de Mars il y a 2,1 milliards d'années. L'eau a pu provenir d'une source volcanique ou d'un aquifère proche de la surface, ce qui laisse penser qu'une activité aqueuse a persisté à la surface de Mars durant tout le début de l'ère de l'Amazonien.

"Nos analyses du carbone montre également que la météorite a subi une seconde transformation à la surface de Mars qui explique la présence de macro-molécule de carbone organique", relève Andrew Steele, de la Carnegie Institution, autres co-auteurs de l'étude. Pour ce scientifique, "il s'agit de la météorite martienne la plus riche géochimiquement jamais trouvée et les analyses qui se poursuivent vont probablement révéler d'autres surprises".