Paris : les pires souvenirs du marché de Noël sur les Champs-Elysées

Les forains se mobilisent contre l'annulation de l'évènement, sur l'avenue des Champs-Elysées. Pourtant, au fil des années, plusieurs internautes n'ont pas caché leur déception.

Le marché de Noël des Champs-Elysées, annulé par le Conseil de Paris en juin 2017, drainait 15 millions de visiteurs chaque année, selon son organisateur, Marcel Campion.
Le marché de Noël des Champs-Elysées, annulé par le Conseil de Paris en juin 2017, drainait 15 millions de visiteurs chaque année, selon son organisateur, Marcel Campion. (MARTIN BERTRAND / HANS LUCAS)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Le marché de Noël parisien ne fait pas l'unanimité. Les forains, mobilisés contre la suppression de l'évènement sur les Champs-Elysées, ont provoqué mardi 7 novembre au matin plusieurs embouteillages sur des grands axes de la région parisienne. Avec, à leur tête, le promoteur Marcel Campion, ils avaient déjà mené des opérations escargot lundi.

Pourtant, de nombreux visiteurs s'étaient plaints de la piètre qualité de ce rendez-vous. Un avis suivi par le Conseil de Paris, qui a décidé de ne pas renouveler la concession accordée aux forains, arguant de "la qualité médiocre des animations et des produits vendus". La maire de Paris, Anne Hidalgo, a ainsi affirmé à BFMTV vouloir "remettre un peu d'ordre et de la qualité" dans l'organisation de ces différentes manifestations.

Si certains font étalage, sur les réseaux sociaux, de leur déception face à cette annulation, d'autres évoquent leurs mauvais souvenirs. Franceinfo passe en revue les trois principales critiques faites au marché de Marcel Campion.

Un marché "attrape-touriste" et "cher"

Les organisateurs du marché revendiquaient le nombre de 15 millions de visiteurs tous les ans, mais l'un des principaux reproches faits aux stands est qu'il attirait essentiellement des touristes. "Le marché de Noël est une opération cadeau", dénonçait en 2011 Jacques Boutault, maire EELV du 2e arrondissement de Paris, auprès du Parisien. "Cette opération, qui ne correspond pas à la tradition parisienne, est un attrape-nigaud !" 

Interrogé par France 3 l'an dernier, l'écologiste a reconnu que "la ville a fait des efforts". Mais le marché restait, selon lui, "une vente de bimbeloteries à destination des touristes les plus riches". Si certains visiteurs témoignent effectivement d'un marché "piège à touriste", aux prix démesurés, d'autres estiment que le marché est un simple lieu de passage pour les gens qui se promènent sur la célèbre avenue parisienne.

Des produits pas assez "traditionnels"

Une autre critique forte concerne la qualité des produits proposés au marché de Noël des Champs-Elysées alors que, souvent, ils sont présentés comme des produits du "terroir". En juin dernier, le maire Les Républicains du 1er arrondissement de Paris, Jean-François Legaret, dénonçait dans Le Parisien un "marché purement mercantile déconnecté de la teneur habituelle des marchés de Noël".

Il y a quelques années, le quotidien francilien notait cependant qu'il y avait encore des stands affichant des produits "made in France", avenue des Champs-Elysées. Un commerçant vendant des produits français, interrogé par Le Parisien, défendait "la tentation de vendre du made in China", du fait du prix élevé des emplacements.

Interpellé sur le sujet, Marcel Campion a promis que les organisateurs du marché avaient "fait des efforts", rapporte France 3. Depuis quatre ans, le promoteur met en avant des stands plus traditionnels tels que les "artisans de France" ou "le marché gourmand", vendant des spécialités régionales.

Mais plusieurs visiteurs n'ont pas caché leurs déceptions face à l'offre du marché. 

Une critique qui vaut également pour la nourriture. Churros, paninis, pizzas... Il y a un an, France 3 racontait voir surtout des stands de fast-food le long de l'avenue des Champs-Elysées. "On répond au goût des gens", s'est défendu Marcel Campion auprès de la chaîne. Mais les stands de nourriture du marché de Noël n'ont pas toujours fait recette auprès des visiteurs. 

Un manque de sécurité

La sécurité était au centre des préoccupations lors des éditions ayant suivi les attentats de 2015, à Paris. Quelques jours après les attaques du 13-Novembre, la maire de Paris, Anne Hidalgo, annonçait sur Twitter la réouverture du marché de Noël, "grâce aux renforts de sécurité"

En 2016, près de 60 plots anti-intrusion ont été placés le long de l'avenue des Champs-Elysées, accompagnés de barrières métalliques. Le marché comptait également une présence militaire et policière importante, rapporte France 2. Plus de 200 caméras de surveillance y étaient installées, poursuit la chaîne

Certains visiteurs n'étaient pourtant pas rassurés, malgré les mesures prises par les autorités.