Les baleines ont des bouchons d'oreilles naturels

Les baleines parviendraient à ajuster leur écoute pour se protéger de la pollution sonore des océans, selon des chercheurs américains d'Hawaï.

Des baleines au large d\'Hawaï, aux Etats-Unis.
Des baleines au large d'Hawaï, aux Etats-Unis. (GETTY IMAGES)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Les océans sont de plus en plus bruyants. Alors, au lieu de s'abîmer les tympans, les baleines ont développé des bouchons d'oreilles naturels. C'est ce que révèle une étude de chercheurs américains d'Hawaï, rapportée par le New York Times (article en anglais) lundi 16 juillet.

La pollution sonore menace les baleines

En plus des sacs plastiques, produits chimiques et autres marées noires, l'océan doit faire face au fléau du bruit. Moteurs des bateaux, forages, utilisation de sonars, essais militaires : l'océan est de plus en plus pollué par le son. On parle de pollution sonore sous-marine. 

La marine américaine estime que ces désagréments entraînent une perte auditive temporaire ou permanente pour plus d'un quart des créatures marines chaque année. Pour les baleines, c'est dramatique : sans la capacité de capter et de produire des sons, leur vie est impossible. Accouplement, navigation, communication, elles ont besoin d'une bonne oreille pour exister.

Elles développent une technique pour "se boucher les oreilles"

Dans une telle situation, les hommes ont une solution simple : ils se bouchent les oreilles. Mais les baleines ? Les chercheurs viennent de découvrir qu'elles pouvaient ajuster leur écoute, autrement dit diminuer le niveau du son avant qu'il n'arrive jusqu'à leurs tympans.

L'expérience a été ménée sur une baleine en capitivité, répondant au nom de Kina. Tout d'abord, les scientifiques ont émis un son doux dans la piscine. Puis, un énorme bruit, très désagréable. Après quelques essais, Kina réduisait naturellement la sensibilité de son audition après les premiers bruits qui signalaient la détonation à venir.

"Cette découverte est très prometteuse", a déclaré Paul Nachtigall, le directeur des recherches, tout en soulignant : "Les baleines et la façon dont elles gèrent les sons : tout cela reste très mystérieux, nous commençons tout juste à comprendre."